Selenie

Réalisé par un documentariste ce film  décrit de façon scrupuleuse le quotidien d'une femme qui a perdu son mari et son logement.  Un portrait de femme qui se focalise donc sur tous les gestes de nécessité d'une femme qui dort dans sa voiture, qui survit comme elle peut, entre ses jobs, l'administration, sa voiture et les toilettes publiques. La vraie force du film reste son interprète, de tous les plans, Corinne Masiero éclate de talent et de présence dans un rôle pas facile.

 

 

Louise Wimmerhttp://jiphel.files.wordpress.com/2012/01/louise-wimmer-photo-2.jpg

Elle incarne à la perfection Louise Wimmer, entre ses détresses et ses appels à l'aide le personnage est aussi un être rugueux qui ne cache pas ses défauts (on en a tous) que les malheurs ne font (sans doute) qu'accentués. Un drame social juste et terriblement réaliste mais qui a les défauts de ses qualités... En effet Cyril Mennegun réalise un film au style trop documentaire, le septième art est ici absent de tous styles ; on évite le pathos mais le film ne raconte pas réellement une histoire, pas d'intrigue, pas de réel fil conducteur, à part suivre un femme dans un quotidien certe difficile mais qui coule de source en quelque sorte : dodo, toilette, boulot, paperasse, clope, ... De plus à vouloir être trop précis et trop réaliste Louise Wimmer reste parfois trop antipathique, on la regarde sans réel attachement. Bref ça tourne en rond. Un film au fond pessimiste malgré un message d'espoir. Au final si ce film envoie à la face des spectateurs une certaine réalité il n'en demeure pas moins qu'il ne prend aucun risque scénaristique. Si c'est pour faire un "non-film" autant réalisé un documentaire. Par contre, au moins, on gagne la révélation d'une actrice qui possède un vrai talent.

 

Note :            

09/20

 

 

 

Published by Selenie - - Critiques de films

commentaires

Cyril Mennegun 18/09/2012

Bonjour,
Je viens de lire votre critique à propos de mon film Louise Wimmer. Critique que j'accepte pour ce qu'elle est. Cependant il me semble, puisque vous employez"septième art", que vous oubliez que
précisément le 7ème Art est multiple, divers dans ses visages et ses missions. Bon film. Cyril Mennegun

selenie 18/09/2012

Bonjour
Merci de votre commentaire. Sur la question "multiple, divers dans ses visages et ses missions", je le sais et je suis d'accord. Je parle de "septième art" dans le sens où il faut un minimum dans
la mise en scène et un fil conducteur, sinon ça reste un documentaire et/ou un téléfilm. Néanmoins ma critique décrit aussi pas mal de bons points (c'est dingue comme on focalise toujours sur le
moins). En tous cas j'attends avec impatience votre prochain film (car j'espère qu'il y en aura d'autres). Cinéphilement votre

Hébergé par Overblog

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog