Parallèle entre Delon et Belmondo : starisation et chefs d'oeuvre

par selenie  -  6 Novembre 2010, 10:11  -  #Le cinéma par thèmes

Après avoir atteint les sommets, avec "Plein Soleil" pour Delon et "A bout de souffle" pour Belmondo les années 60 vont être la décennie des chef d'oeuvres et pour tous les deux la construction d'une carrière phénoménale.

Tous les deux vont tourner énormément...

Belmondo va continuer à tourner pour la Nouvelle Vague avec "Une femme est une femme" (1961) et "Pierrot le fou" (1965) de Jean-Luc Godard et "La sirène du Mississippi" (1969) de François Truffaut. Il va aussi beaucoup tourné de l'autre côté des Alpes avec "La viaccia" (1960) de Mauro Bolognini et "La Ciociara" (1960) de Vittorio De Sica mais très vite sa carrière va demeurer essentiellement en France. Belmondo va tourner aussi pour Jean-Pierre Melville dans "Léon Morin prêtre" (1961), "Le doulos" (1962) et "L'aîné des Ferchaux" (1963).

Delon va connaitre aussi l'Italie avec deux chefs d'oeuvres incontestables du maestro Luchino Visconti, "Rocco et ses frères" (1961) et "Le guépard" (1963). Notons aussi "L'éclipse" (1962) de Antonioni. Delon retrouve aussi René Clément pour plusieurs films, "Les félins" (1964) et "Paris brûle-t-il" (1966) où Belmondo joue un petit rôle mais ils ne se croiseront pas. Delon fait la connaissance de Jacques Deray pour "La piscine" (1967) avec qui il tournera de nombreuses fois par la suite.

http://www.premiere.fr/var/premiere/storage/images/cinema/photos-film/themes/les-plus-belles-stars-des-annees-60/jean-paul-belmondo/12854801-1-fre-FR/jean_paul_belmondo_reference.jpgLe Samouraï

Après 3 films avec Belmondo Jean-Pierre Melville tourne 3 autres films mais avec cette fois-ci Delon en lieu et place de Belmondo dans "Le samouraï" (1966) suivi plus tard de "Le cercle rouge" (1970) et "Un flic" (1972). Notons que Melville est le réalisteur qui a fait porter le chapeau aux deux stars, en premier à Belmondo dans "Le doulos" et à Delon dans le cultissime "Le samouraï".

Mélodie en sous-solUn Singe en hiver

On remarque que Belmondo et Delon vont avoir deux corrélations dans les années 62-64. Belmondo va goûter au cinéma d'aventure plus commercial avec "Cartouche" (1962) de Philippe De Broca et Delon va faire de même avec "La tulipe noire" (1964) de Christian-Jaque.
Belmondo va tourner avec le monster sacré Jean Gabin dans "Un singe en hiver" (1962) de Henri Verneuil tandis que Delon tourne avec Gabin dans "Mélodie en sous-sol" (1963) également de Henri Verneuil ! Les deux acteurs sont fans de Jean Gabin... Audiard fait d'ailleurs dire à Gabin dans "Un singe en hiver" à destination de Belmondo "... Môme ! T'es mes 20 ans !". Tandis que Delon retrouvera Verneuil et Gabin pour "Le clan des siciliens" (1969).

ET LES AMOURS...

Jean-Paul Belmondo vit en ménage en 1953 avec Elodie Constantin dit Renée Constant avec qui il a une fille née en 1954. C'est une période bohème. Ils ont un enfant en 1963, Paul Belmondo. Il divorce en 1965 après sa rencontre sur le tournage de "Les tribulations d'un chinois en Chine" (1965) de Philippe De Broca avec Ursula Andress. Cette dernière tentera d'ouvrir une carrière hollywoodienne à Belmondo mais il semble que ce dernier ne s'en est pas senti capable à l'époque. Ensuite il rencontre Laura Antonelli, star et sex-symbol italienne sur les tournages de "Les mariés de l'an II" (1971) de Jean-Paul Rappeneau et "Docteur Popaul" (1972) de Claude Chabrol (le couple ci-dessous). Il sont ensemble de 1972 à 1980.

http://image.toutlecine.com/photos/d/o/c/docteur-popaul-29-09-1972-3-g.jpg

Alain Delon rencontre sur le tournage de "Christine" (1957) de Pierre Gaspard-Huit la déjà star mondiale Romy Schneider. C'est le coup de foudre. Lui débute tout juste alors qu'elle est déjà une grande star. Les fiançailles sont annoncées en 1959. L'ascencion de Alain  Delon correspond aussi au déclin de Romy Schneider. L'adultère de Delon (dont un enfant né en 62 non reconnu Ari Boulogne se fera connaitre des années après) sonnera le glas de leur histoire, s'en suit la rupture en 1964. Il est alors avec Nathalie qui accouche de Anthony (né en 1964). Précisons que Delon imposera Romy Schneider sur le film "La piscine" de Deray ce qui relancera la carrière de Romy.

http://www.gala.fr/var/gal/storage/images/media/images/actu/photos_on_ne_parle_que_de_ca/alain_delon_et_romy_schneider/1092526-1-fre-FR/alain_delon_et_romy_schneider_reference.jpg

En 1968 Alain Delon crée sa propre maison de production ADEL dont "Jeff" est le premier film. 68 est aussi son divorce d'avec Nathalie. Sur le tournage de "Jeff" Delon tombe amoureux de Mireille Darc avec qui il restera jusqu'en 1981.

En 1971 c'est au tour de Belmondo de créer sa maisonde production, CERITO films. Il semble que l'affaire Borsalino ne soit pas étranger à cette décision.

Borsalinohttp://www.ladepeche.fr/content/photo/biz/2009/10/15/892ecf2fba7750922d99dc1a57617f45_zoom.jpg


"Borsalino" (1970) de Jacques Deray réuni pour la première fois les deux plus grandes stars françaises. Produit par Alain Delon le film est un succès (près de 5 millions d'entrées) mais un conflit entre Delon et Belmondo va s'envenimer jusqu'à aller au procès. En tant que producteur Delon voit son nom imprimer deux fois sur l'affiche. Belmondo aura gain de cause...

Les années 60 marquent leur différence mais on remarque encore plus leurs points communs. Tous les deux alternent films d'auteur et films plus commerciaux, ils jouent sur tous les registres. La plus grande différence reste la carrière internationale de Alain Delon, plus importante et plus régulière.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

gaby 08/11/2010 21:23

le film, (tu en avais mis l'affiche) c'était Un singe en Hiver, la mémoire nous joue des tours!!
bien amicalement
gaby

gaby 08/11/2010 20:11

j'ai pour JP Belmondo une admiration folle, de ses jeunes années au fameux itinéraire d'un enfant gaté de Lelouch où il a avec Anconina une véritable scène d'antologie, Delon joue bien avec Loosey, Melville, c'est un acteur hors du commun. Je ne m'intéresse pas aux histoires privées mais tu as bien fait de faire un article sur ces deux géants du cinéma qui ne prennent pas la vie de la même façon car malheureusement l'un des 2 est malade, revois si tu peux Le clan des siciliens, Monsieur Klein, le doulos, mélodie en sous sol et le film de Belmondo avec Gabin où ils picolent comme des trous en Normandie, le titre m'échappe, bebel dans le flamenco, ça m'agace de ne pas te donner le titre!!! je reviendrai, félicitations pour ton excellent article, sincèrement gaby

Winslow 06/11/2010 12:04

Intéressant ce parallèle entre Delon et Belmondo. Ces deux stars ont incontestablement beaucoup apporté au cinéma français des années 60 et 70. Je préfère largement les comédies énergiques de De Broca avec Belmondo que les comédies françaises actuelles.