The Walk - Rêver plus haut (2015) de Robert Zemeckis

par Selenie  -  29 Octobre 2015, 18:32  -  #Critiques de films

Après le drame "Flight" (2013) le réalisateur mythique de la trilogie "Retour vers le Futur" (1985-1989-1990) et "Forrest Gump" (1994) raconte l'aventure extraodinaire d'un homme ordinaire et d'un artiste hors norme. Un réalisateur américain pour un artiste français, Philippe Petit, célèbre funambule qui, selon l'interessé lui-même, n'a jamais été fêté dans son pays comme il l'a été à l'étranger. C'est un autre débat... En tous cas Philippe Petit a déjà été au centre d'un projet au cinéma, c'était pour le documentaire "Le Funambule" (2009) de James Marsch (réalisateur récent du très bon biopic "Une merveilleuse histoire du temps" en début 2015), Oscar du meilleur documentaire et Grand Prix du documentaire à Sundance. Cette fois il s'agit d'une fiction dans le sens où il ne s'agit pas d'un biopic à proprement parlé et que Zemeckis y ajoute de l'imaginaire. Le potentiel du sujet est donc certain. De plus, si Philippe Petit est bien le héros du film et de son aventure, on ne peut occulter que le film est aussi un hommage fort aux deux tours du World Trade Center.

105871.jpg (160×217)The+Walk+blog.jpg (504×336)

D'emblée le réalisateur a voulu tourner le film en 3D en signifiant qu'il voulait en "donner le vertige" et qu'il voulait réaliser un film qui ne pouvait se faire que en 3D... La 3D est un gadget surestimé et surévalué depuis toujours mais force est de se dire que ce film va peut-être tout changer. Pas vraiment... Certes les 45mn fatidiques de l'ascencion et de la traversée sont sublimes et la mise en scène de Zemeckis nous transporte dans les cieux mais la 3D n'est pas si nécessaire, surtout que les 65mn restantes n'en ont aucunement besoin. Par contre Zemeckis (lui-même co-scénariste) n'oublie pas l'art de la narration et offre un récit nullement linéaire et monocorde. Une voix Off avec un Petit/Gordon-Levitt nous plonge dans l'aventure du saltimbanque comme dans un souvenir qu'il faut raconter en 1h30, si au début le système semble un peu lourd il finit par nous transporter comme un livre d'histoire, une fable universelle. D'ailleurs Joseph Gordon-Levitt est excellent malgré une perruque trop grossière mais il faut saluer ses efforts récompensés. En effet, il a appris à tenir sur un fil (à 4 mètres de hauteur tout de même) et fait plaisir en parlant un français quasi parfait. Il est entouré par des acteurs excellents dont un Clément Sibony qui sort son épingle du jeu. Par contre, on ressent pas assez l'émotion d'un tel exploit, le personnage de Petit frôlant par ailleurs une certaine antipathie due à son narcissisme. Bon on sourit sur quelques passages maladroits et/ou ridicules comme le côté carte postale de Paris, le faux suspense à répétition, la perruque du héros, insister sur "la plus grand oeuvre artistique du siècle" (ah bon ?!)... Ce dernier point est sans doute le plus gros bémol. Philippe Petit parle souvent de la part poétique de son art, c'est justement ce qui manque au film, un peu plus de poésie. Mais Robert Zemeckis est clairement inspiré par son film et offre le meilleur et on se laisse emporter par cette aventure virtuose. Un bon moment à défaut d'être exceptionnel.

 

Note :              

 

14/20