Décès de Alain Corneau

par selenie  -  31 Août 2010, 10:36  -  #Décès de star - Bio

Dans la nuit du 29 aout au 30 aout le réalisateur Alain Corneau est décédé à l'âge de 67 ans.

http://www.abc.es/Media/201008/30/Alain_Corneau--478x270.jpg

Né en 1943 dans le Loiret il n'avait pas prévu de devenir réalisateur mais il prévoyait une carrière dans le jazz, genre qu'il a connu grâce au GI's de la caserne voisine. Après une formation de musicien et un temps membre d'un groupe en tant que batteur il commence à se tourner vers le cinéma. Son père l'emmène régulièrement au cinéma. Il s'inscrit à l'IDHEC (devenu la Fémis) et rencontre en 1960 son mentor dit "Ninique la colombes" qui lui montrera les ficelles du cinéma.

Après son diplôme de l'IDHEC Alain Corneau débute en tant qu'assistant de Roger Corman sur "Target : Henry" (1969). Il sera assistant réalisateur aussi pour Costa-Gravas sur le film "L'aveu" (1970) où il rencontre pour la première fois Yves Montand. Il travaillera également pour Marcel Camus sur notamment "Le mur de l'Atlantique".

Il réalise ensuite son premier long métrage en 1974 ; "France société anonyme" raconte les aventures d'un petit trafiquant de drogue ; ce premier film, entre polar et science-fiction déroute et se verra interdire au moins de 16 ans.

Police Python 357

Le public n'a pas adhérer à son premier film mais ça change dès son second film avec le superbe polar (photo ci-dessus) "Police Python 357" (1977) pour lequel il retrouve Yves Montand. Un polar âpre et pessimiste qui serait inspirer de "L'inspecteur Harry".  Fort de ce succès le duo Corneau-Montand se retrouvent une nouvelle fois dans la foulée pour "La menace" (1977) un polar sur fond d'adultère et de suicide ; moins musclé et plus psychologique c'est une nouvelle fois une réussite.

http://www.movingimagesource.us/images/articles/Patrick-Dewaere_SERIE-NOIRE_Credit-Studio-Canal_2-20080811-122159-medium.jpg

Ensuite il réalise ce qui reste son plus grand film, son chef d'oeuvre. "Série noire" (1979) est une oeuvre magistrale sur la descente aux enfers d'un petit représentant de commerce au bout du rouleau interprété avec génie par Patrick Dewaere. Succès public et surtout critique qui sonne l'apogée de sa carrière.

http://image.toutlecine.com/photos/c/h/o/choix-des-armes-04-g.jpg

Il continue dans le genre policier avec l'excellent "Le choix des armes" (1981), une très bonne adaptation (photo ci-dessus) du roman pour lequel il réunit Yves Montand, Catherine Deneuve et Gérard Depardieu.

Après les polars et un début de carrière de grande qualité Alain Corneau va s'essayer à d'autres genres qui va aussi montrer une filmographie bien moins convaincante.

Fort Saganne

Il retrouve Gérard Depardieu et Catherine Deneuve pour la fresque coloniale "Fort Sagannes" (1983). Saga romanesque et d'aventure dans la veine des films hollywoodiens des années 50. "Fort Sagannes" reste son plus gros succès au box-office.

Il retourne à son genre de prédilection avec "Le môme" (1986) où un jeune flic marginal joué par Richard Anconina s'aguiche d'une jeune métisse. Il étonne avec "Nocturne indien" (1989) où Jean-Hugues Anglade va de rencontre en rencontre en Inde. Ces deux films sont des échecs comparés ausuccès de ses précédents films.

http://www.linternaute.com/sortir/cinema/star-cinema/photo/deces-de-guillaume-depardieu/image/tous-matins-monde-328987.jpg

Il tourne pour l'oeuvre collective en soutien des prisonniers politiques "Contre l'oubli" (1991) avant de réaliser ce qui est son second plus gros succès public (photo ci-dessus) avec "Tous les matins du monde" (1992) ; un drame historique sur un grand musicien au temps de Louis XIV pour lequel Alain Corneau remporte le César du Meilleur Film.

Il réalise "Le nouveau monde" (1995), inspiré de son enfance à côté d'une base militaire américaine ce film ne rencontrera pas son public. Cette même année il participera à deux autres oeuvres collectives en hommage au cinéma et aux frères Lumière pour "Les enfants de lumière" et "Lumière et compagnie".

http://www.premiere.fr/var/premiere/storage/images/cinema/photos-film/photos-acteur/images/le-cousin-1997/13403829-1-fre-FR/le_cousin_1997_reference.jpg

Il réalise "Le cousin" (1997) où il ose offrir des rôles à contre-emploi à deux comiques, Alain Chabat et Patrick Timsit. Le film (photo ci-dessus) en lui-même est intéressant mais il est vrai que les deux acteurs ne peuvent pas offrir l'interprétation adéquate, ce polar en perd sa noirceur. Les deux acteurs ne semblent jamais complètement à l'aise et retrouvent trop souvent la fibre comique même s'ils essaient, dommage.

Son film suivant est un film d'aventure familial dont le budget était à l'image de son ambition. "Prince du Pacifique" (2000) est pourtant un échec comparé à ses objectifs tant en terme de box-office qu'en terme de critique. Entre la faiblesse du scénario, des effets spéciaux peu travaillés et au final une chasse au trésor ennuyeuse ce film est une déception.

Stupeur et tremblementshttp://photo.lejdd.fr/media/images/culture/cinema/stupeur-et-tremblement-cesar-meilleur-actrice-testud-japon-nothomb/1303750-1-fre-FR/Stupeur-et-tremblement-cesar-meilleur-actrice-testud-japon-Nothomb_pics_809.jpg

Après cet échec Alain Corneau ose et surprend dans un film intimiste et à faible budget. "Stupeur et tremblements" (2003) est une adaptation d'un roman de Amélie Nothomb où une jeune française jouée par Sylvie Testud par travailler au Japon. Le choc des cultures en prime donc et une adaptation fidèle donne un film extra-terrestre dans la filmo du cinéaste mais le film est aussi une très belle réussite qui n'a malheureusement pas reçu le succès mérité ; clin d'oeil à la magnifique affiche.

Il adpate juste après "Les mots bleus" (2005), petits film intimiste et familial d'après le roman de Dominique Mainard qui est malheureusement son plus gros échec depuis son premier film.

Le Deuxième souffleLe Deuxième souffle

Il décide alors d'adapter le livre "Le deuxième souffle" roman de José Giovanni qui fut déjà porté à l'écran par Jean-Pierre Melville en 1966. Cette seconde adaptation au casting impressionnant avec notamment Daniel Auteuil, Michel Blanc et Monica Bellucci est une vraie déception. Le ton pastel et une mise en scène impersonelle ne peuvent faire oublier le chef d'oeuvre magistral et crépusculaire de Melville.

Après une apparition en tant qu'acteur dans la comédie "La guerre des Miss" (2008) de son ami Patrice Leconte il réalise son dernier film, un thriller, "Crime d'amour" (2010) avec un duo de charme Kristin Scott-Thomas et Ludivine Sagnier. Cette dernière oeuvre reste inégal, la cause d'abord à un scénario trop scindé en deux et une Ludivine Sagnier qui court après une assurance plus "mature". Un bon petit thiller mais loin d'atteindre le niveau de ses débuts.



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

princécranoir 03/09/2010 23:58

Série noireAprès Satoshi Kon, c'est Corneau qui disparaît. Funeste semaine pour le cinéma.

Winslow 02/09/2010 19:23

Je n'ai vu que peu de films d'Alain Corneau, mais parmi ceux-là, mes préférés sont: Série Noire, Police Python 357 et La Menace.

eelsoliver 01/09/2010 16:49

Je n'étais pas un très gd fan du cinéma de Corneau. Son remake du 2ème souffle, franchement, c'était pas fabuleux. Après, je lui reconnais l'immense série noire.