S'il ne fallait en choisir qu'un seul ?!...

par selenie  -  24 Juillet 2011, 11:51

Voici un petit questionnaire proposé par Zhurricane ... Mais ici un peu modifié ...

Un seul film :

http://hollywood-elsewhere.com/images/column/4507/casblanca.jpg

Tout simplement mon film préféré...

Un seul réalisateur :

http://data-allocine.blogomaniac.fr/mdata/8/3/6/Z20061103220321107908638/img/1224344963_stanley-kubrick-self-portrait_1_.jpg

Pas très original n'est-ce pas ?! Mais que choisir d'autre devant un tel génie ?!


Un seul acteur :

http://www.gala.fr/var/gal/storage/images/media/images/actu/photos_on_ne_parle_que_de_ca/daniel_day_lewis/daniel_day-lewis/538059-1-fre-FR/daniel_day-lewis_reference.jpg

Le plus grand acteur du monde à mon humble avis... Pour un second choix ce serait l'énorme Kirk Douglas...

Une seule actrice :

http://2.bp.blogspot.com/_YGN3Oh5V2YU/S3LyZwFm3tI/AAAAAAAAAuo/dCl0Nnq_jbw/s400/ingrid_bergman.jpg

Belle, discrète et talentueuse...  Des choix de carrière plus audacieux que la plupart des autres stars qui lui sont contemporaines.

Un seul monologue :

"La femme du boulanger" (1938) de Marcel Pagnol... Pour sa magnifique tirade de la fin et l'émotion de Raimu... Je triche un peu car nous comprenons tous qu'il s'adresse à sa femme mais ne parlet-t-il pas à sa chatte ?!

Le boulanger : Ah ! Te voilà, toi ? Regarde, la voilà la pomponnette... Garce, salope, ordure, c'est maintenant, que tu reviens ? Et le pauvre pompon, dis, qui s'est fait un mauvais sang d'encre ! Il tournait, il virait, il cherchait dans tous les coins... Plus malheureux qu'une pierre, il était... Et elle, pendant ce temps-là avec ses chats de gouttières... Des inconnus, des bons à rien... Des passants du clair de lune. Qu'est-ce qu'ils avaient, dis, de plus que lui ?

Sa femme : Rien.

Le boulanger : Toi tu dis "rien." Mais elle, si elle savait parler, ou si elle n'avait pas honte - ou pas pitié du vieux Pompon - elle me dirait : "ils étaient plus beaux." Et qu'est-ce que ça veut dire, beau ? Et la tendresse alors, qu'est-ce que tu en fais ? Dis, tes ministres de gouttières, est-ce qu'ils se réveillaient, la nuit, pour te regarder dormir ? (La chatte, tout à coup, s'en va tout droit vers une assiette de lait qui était sur le rebord du four, et lape tranquillement.) Voilà. Elle a vu l'assiette de lait, l'assiette du pauvre Pompon. Dis, c'est pour ça que tu reviens ? Tu as eu faim et tu as eu froid ?... Va, bois-lui son lait, ça lui fait plaisir... Dis, est-ce que tu repartiras encore ?

Sa femme : Elle ne repartira plus...

Le boulanger : Parce que, si tu as envie de repartir, il vaudrait mieux repartir tout de suite, ça serait sûrement moins cruel...

Sa femme : Non, elle ne repartira plus... Plus jamais...

http://storage.canalblog.com/97/80/366898/19474592.jpg

Un seul sourire :

En trichant un peu je dirais celui de la superbe paire d'as de "Thelma et Louise" (1991) de Ridley Scott... Elles sont superbes et cette photo est d'autant plus touchante quand on se souvient de la fin du film...

http://la-pellicule-brule.com/wp-content/uploads/2011/04/thelma-et-louise-1991-04-g.jpg

Un seul regard :

Tippi Hedren lorsqu'elle rencontre pour la première fois Rod Taylor dans "Les oiseaux" (1960) de Alfred Hitchcock... On ressent d'un coup l'attirance et le désir d'une femme pour un homme... Tout l'érotisme retenu du maitre dans un seul regard bleu et intense...

http://nsm02.casimages.com/img/2010/01/02//100102022305753475165499.jpg

Une seule voix :

Marlène Dietrich et sa voix grave et sensuelle la star l'avait même assurée pour 1 million de dollars !

http://collider.com/wp-content/uploads/marlene-dietrich-01.jpg

Une seule histoire d'amour :

Dure... Mais je dirais "Sur la route de Madison" (1995) de Clint Eastwood...

http://cinemavie.unblog.fr/files/2007/12/streepeastwood.jpg

Un seul début :

Choix très difficile mais peut-être le début de "Trainspotting" (1996) de Danny Boyle... Le monologue en Off, la poursuite ajouté à la BO énorme ça reste cultissime...

http://ilikeyourstyle.net/wp-content/uploads/2008/04/trainspotting.jpg

Une seule fin :

J'hésite entre "La mort aux trousses" (1959) de Alfred Hitchcock et "La planète des singes" (1967) de Franklin J. Schaffner... Le premier pour le raccord lorsque Cary Grant attrape la main de Eva Marie-Saint sur le Mont Rushmore avant de se retrouver dans un train qui pénètre (c'est le mot !) dans un tunnel ; l'une des meilleure métaphore du cinéma. Le second pour le choc de la dernière image, toute la compréhension qui s'en suit avec un bruit des vagues en fond derrière les cris de désespoir de Charlton Heston...


Une seule révélation :

Sans hésiter un géant du cinéma qui s'est imposé directement avec son premier long métrage... Orson Welles et son "Citizen Kane" (1941) reste la plus grande révélation du cinéma... Une claque en un film...

http://4.bp.blogspot.com/_rnypf-MNDoE/RfXFoi5OCUI/AAAAAAAAAS0/6BhEVN1WGLI/s400/Welles.png

Une seule BO :

Pour une musique originale je dirais "Il était une fois dans l'Ouest" et sinon je dirais "Blues Brothers 2000" ...

http://data0.eklablog.com/rienquepournosyeux/mod_article2496919_1.jpghttp://files.musicmp3.ru/bcovers/alb12411.jpg

Un seul gag :

http://blogs.furman.edu/frenchlanguagehouse/files/2009/10/diner-de-cons.jpg

Sans doute pas le film qui offre LE gag du cinéma mais sans conteste l'un des rares films comiques où je ris du début à la fin... 1h20 de gags parfaits...

Un seul fou rire :

Il y en trop qui se bouscule dans ma petite tête mais je vote pour la scène énorme de la braguette dans "Mary à tout prix" (1998) des frères Farelly...


Un seul rêve :

Je serais le rêve qui réunit chaque nuit Gary Cooper à Ann Harding dans le chef d'oeuvre "Peter Ibbetson" (1935) de Henry Hathaway...

http://a34.idata.over-blog.com/600x388/3/01/25/75/AAAAAAA-WESTERN-44/PETER-IBBETSON--1-.jpg

Une seule mort :

Si c'est pour moi je choisis la même fin que ci-dessus... Mort douce vers l'amour éternel...

Une seule rencontre d'acteurs :

Sans conteste le face à face mythique De Niro-Pacino ...

http://4.bp.blogspot.com/_8kbwGHaBDWY/SVSsUmcjqcI/AAAAAAAABQY/1hkPU5t_hrk/s320/heat+coffee.jpg

Un seul fantasme :

Malgré que ce soit un drame dur, très dur je choisis "Malena" (2001) de Guiseppe Tornatore... Et Malena est interprétée par la toujours splendide Monica Bellucci...

http://cf1.imgobject.com/backdrops/111/4bc93123017a3c57fe014111/malena-thumb.jpghttp://l.yimg.com/img.movies.yahoo.com/ymv/us/img/hv/photo/movie_pix/miramax_films/malena/monica_bellucci/malena6.jpghttp://2.bp.blogspot.com/_jDu9ic32kg8/SuAhoktRG8I/AAAAAAAABco/MJgh30ZN2fs/s400/bellucci-malena-n-02.jpg

Un seul baiser :

Le plus sensuel et le plus intelligent (car a su déjoué la censure)...

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/76/Notorious1946.jpg/320px-Notorious1946.jpg

Un seul somnifère :

Ces derniers mois c'est sans hésiter ...

http://a6.idata.over-blog.com/500x270/3/71/35/17/Album-4/somewhere_sofia_coppola_poster_rectangle-600x324.jpg

Un seul frisson :

Pas une scène ni un plan juste un film entier, "Shining" (1980) de Stanley Kubrick... La perfection du genre avec un Jack Nicholson monumental... La frousse de bout en bout...

http://4.bp.blogspot.com/-IG0A4c6Dth8/TV_feDWuooI/AAAAAAAAGyk/sGTheGbRG9A/s1600/LABIRINTO%2BSHINING.jpg

Un seul monstre :

Le plus culte, le premier vrai monstre dans un chef d'oeuvre unique, le seul de cette dimension...

http://3.bp.blogspot.com/_bpdWsOrotV0/SwsOgouXznI/AAAAAAAABPU/BLBJx-anrxI/s1600/peter+lorre+m+1.jpg

Un seul torrent de larmes :

Après hésitation avec "L'incompris" (1966) de Luigi Comencini je crois que j'ai verser le plus de larmes à la fin du chef d'oeuvre "Sur la route de Madison" (1995). Alors que les amants sont chacun dans leur voiture. Eastwood juste derrière qui espère que Meryl Streep alors accompagné de son époux sortira de l'auto pour le rejoindre... Magnifique scène d'amour...

http://augreduvent.canalblog.com/images/Sur_la_route_de_Madison_2.jpg

Une seule nuit d'amour :

Une nuit du magnifique film "L'amant" (1991) de JJ Annaud... Exotisme, érotisme, romantisme allié à la sensualité et à la chair...

http://media.gq-magazin.de/img/bm550x368/zs/jane-march.2.jpg

Un seul plan-séquence :

Sans hésiter celui de "La soif du mal" (1958) de Orson Welles, plan séquence de plus de 3mn absolument renversant...

http://img101.imageshack.us/img101/8579/soifdumal01og5.jpg

Un seul choc esthétique en couleur :

"2001 l'odyssée de l'espace" (1968) de Stanley Kubrick...2001 : l'odyssée de l'espace2001 : l'odyssée de l'espace
 
Un seul choc esthétique en noir et blanc :

Plus compliqué car l'esthétique semble évidemment plus discret... Mais "La nuit du chasseur" (1955) de Charles Laughton ets sans doute celui qui me hante le plus...

http://1.bp.blogspot.com/_W_lpMKjem2I/S8Cr2d4VCuI/AAAAAAAAAC0/ax6ay7H_kzM/s1600/nuit-du-chasseur-05-g.jpg

Un seul choc tout court :

"Old Boy" (2005) de Park Chan-Wook... Sur tous les points, autant dans la mise en scène, que dans le scénario, dans ses audaces jusqu'en dans la fin qui a du en choquer quelques uns...

http://a10.idata.over-blog.com/300x209/3/19/61/62/oldboy.jpgOldboy


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Alice In Oliver 25/07/2011 08:15

content que tu cites la soif du mal parmi toutes ces belles références, même si certains films me font un peu tiquer