The sessions (2013) de Ben Lewin

par Selenie  -  11 Mars 2013, 13:16  -  #Critiques de films

Ce film raconte l'histoire vraie de Mark O'Brien, journaliste-poète victime d'une polio qui l'oblige à resté allongé de façon immobile. Un jour à 38 ans il dévide de perdre sa virginité, connaitre les joies de l'amour physique, une sexologue le mets donc en contact avec une assistante sexuelle, sorte de prostituée avec les qualités sociales et humaines plus profondes et qui le gain de temps n'entre pas en ligen de compte... D'abord il faut saluer la performance de John Hawkes, qui a donné de sa personne avec une prothèse douloureuse dans le dos (mais comme il l'a dit c'est rien comparé au réel handicap du poète). Helen Hunt n'est pas en reste dans le rôle pas si évident de l'assitante.

Le pari de raconter cette n'est pas facile, il faut éviter de survoler le sujet de peur d'aller trop loin, ou à contrario de perdre le sens du propos en tombant dans le voyeurisme... Et force est de constater que Ben lewin offre un film d'une authentique finesse et d'un réel soucis de sincérité. Le début fait montre de pas d'humour, notamment lors de son enquête sur le sexe et l'handicap, les témoignages précèdent les opinions des proches sur leur rapport au sexe comme "... pénis ça sonne comme un légume qu'on refuse de manger..." ... A la fois cru et pudique, le réalisateur marie à la perfection la necessité de la crudité de part la thérapie et la pudeur d'une première fois ; car au final le film dépasse le sujet de l'handicap pour offrir un magnifique film sur les appréhensions de la première fois, chose universelle qui touche d'autant plus que l'handicap ne laisse jamais place au larmoyant. Eviter le pathos facile est une grande qualité, il y en a pas besoin le film est touchant (2-3 petites larmes quand même) sans en faire trop. Outre la relation entre le poète et sa partenaire sexuelle le film prend aussi toute son ampleur grâce aux seconds rôles ; aide à domicile prévenante (ou pas !), le mari de l'assisitante sexuelle ou le prêtre dont les séances de confession (sans faire l'apologie de la religion, bon point) sont aussi importantes que les séances charnelles. Ces dernières ne manquant d'ailleur pas de sensualité... Au final ce film est un joli film qui prend son sujet frontalement sans jamais se perdre en route... Et même sans handicap particulier ce film est aussi, tout simplement, un bel hymne à l'amour et ça donne diablement envie :)

 

Note :         

16/20

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

loulou 11/03/2013 23:26

belle critique, ça donne envie on sent qu'ça t'a touché ! dommage qu'il manque quelques mots à droite à gauche ;)