Dikkenek (2006) de Olivier Van Hoofstadt

par Selenie  -  27 Juillet 2010, 11:47  -  #Critiques de films

Dikkenek (prononciation diquenèque) est une expression bruxelloise sésignant un "gros cou" soit l'équivalent d'une grande gueule, un con qui sait tout sur tout... Soit un mot qui pourrait servir à quasi tout les mecs présentés dans ce film sans queue ni tête mais parfois jouissif, parfois savoureux, toujours dingue et original. Prmeière co-production franco-belge pour Europacorp après que Luc Besson ait découvert les courts métrages de Olivier Van Hoofstadt, "Parabellum" (1997) et "Keo" (1997) tous deux avec Gilbert Melki et José Garcia. Pour ce film le réalisateur réuni un casting digne d'une superproduction avec les frenchies Marion Cotillard (déjà dans le court du réalisateur "Snuff Movie" en 1995), Mélanie Laurent, Dominique Pinon, Catherine Jacob et Catherine Hosmalin, et avec les belges François Damiens, Jérémie Renier, Jean-Luc Couchard (peu connu mais pourtant présent dans la plupart des meilleures comédies belges de ces dernières années) et Marie Kremer...

18629488.jpg (600×800)18845178.jpg (495×319)

Un casting très éclectique pour des personnages tous aussi bizarres les uns que les autres. Satires, cynismes, humour décalé spécial belge où divers personnages se croisent et s'entrecroisent grâce à un scénario plutôt sympa. Mais on ne sait jamais où le film veut nous emmener, la fin arrive et on ne sait toujours pas ! Là est le soucis, on ne sait pas quel est l'histoire et encore moins le propos du film. Les deux histoires d'amour semblent être le fil conducteur mais jamais l'émotion s'éveille car ce n'est clairemment pas l'effet recherché. Des mecs azimutés, une accumulation de mini-sketchs plutôt funs et un délire (gentil) permanent. Si vous n'en demander pas plus allez-y sinon passer à autre chose ! Il s'agit d'un grand délire belge, un film choral délirant où des personnages pour la plupart antipathiques et loosers en rencontrent d'autres tout aussi peu finauds. Plusieurs moments très sympas, d'autres moins mais avec un certain sens du rythme et des acteurs qui s'amusent, le courant passe et on se demande encore comment. Au fil du temps "Dikkenek" a gagné ses galons de film culte... C'est sans doute là le talent de Van Hoofstadt... Qui réalisera juste après un film aux antipodes avec le polar "Go Fast" (2007) ! Là aussi, allez comprendre... 

 

Note :

 

13/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :