Leviathan (2014) de Andrei Zviaguintsev

par Selenie  -  27 Septembre 2014, 17:47  -  #Critiques de films

Après le très remarqué "Elena" (2011) le réalisateur russe persiste et signe de son talent indéniable une oeuvre qui nous plonge dans une Russie aussi sublime et sauvage qu'elle est terrifiante et gangrenée. Prix du scénario au dernier Festival de Cannes ce film est sans conteste un des plus magnétiques de l'année... Le spitch : Sur la côte de la mer de Barents, au niveau du cercle polaire, un couple va tout tenter pour sauver leur terre d'un maire corrompu... Malheureusement le spitch est plutôt mensonger, ou du moins ne reflète nullement le scénario.

BySY9UXIYAAroLw.jpg:large (450×600)leviathan604-tt-width-604-height-410.jpg (604×410)

Alors que cet homme qui se révolte n'est pas sans rappeler "Michael Kolhaas" (2013) de Arnaud des Pallières (Même épure, même paysages secs façonnés par le temps et même combat contre une (in)justice qui nous dépasse) on constate que le film est avant tout, ou presque, une tragédie sentimentale sur fond d'adultère. Le réalisateur nous plonge dans la société russe avec des facteurs, qui frôle la caricature, mais qui semble d'une réalité pathétique avec église orthodoxe bien présente, corruption éhontée et des litres de vodka coulants à flot. Zviaguintsev joue au double jeu sur tous les fronts. Il passe d'un comique acerbe et pathétique au thriller sociale comme il passe des paysages aussi magnifiques et fascinants que le gris des bâtiments post-soviétiques. Tourné en grande partie dans l'oblast de Murmansk (libre de glaces même en hiver grâce à un courant chaud de l'Atlantique Nord) le réalisateur russe offre un spectacle désolant, superbe métaphore à ce qu'il décrit. Soit la réaction de l'humain face à l'adversité en partant du principe qu'un homme aura toujours un choix à faire, être esclave ou être libre... Idée frappante imagée par le titre concept Leviathan, du nom d'un monstre mythologique d'origine phénicienne et devenue par la Bible une sorte de serpent de mer dont les ondulations créent les vagues. Pour l'anecdote, rappelez-vous "Avengers" (2012) de Joss Whedon, dans la mythologie nordique le Leviathan est fils de Loki. Plusieurs films portent ce nom mais étonnament aucun ne parle du monstre originel... Cette parenthèse refermée... Un grand film, aussi beau qu'intelligent. Cependant certains choix laissent un peu perplexes (les réaction du fils), l'adultère qui prend 3/4 du film pour une fin qui, heureusement, sauve un peu le tout. Malgré les grandes qualités du film on aurait aimé plus de poésie, plus de puissance de l'environnement et moins de vodka (ça devient presque surréel !).

 

Note :               

 

13/20