Ils sont partout (2016) de Yvan Attal

par Selenie  -  2 Juin 2016, 07:37  -  #Critiques de films

5ème long métrage comme réalisateur pour l'acteur Yvan Attal depuis le très bon "Ma femme est une actrice" (2001). Après son dernier film qu'il a signé "Do not disturb" (2012) et qui a été un échec, Attal revient avec un sujet à la fois audacieux et particulièrement d'actualité. Comme il l'a dit lui-même le sujet est "l'antisémitisme, pas les juifs"... Le soucis c'est qu'au final si les intentions sont louables, le projet est à la fois plein de potentiel et pourvoyeur de messages  mais l'acteur/réalisateur est presque hors sujet. Avec un casting de stars (Benoit Poelvoorde, Valérie Bonneton, Dany Boon, Gilles Lellouche, Denis Podalydès, François Damiens, Charlotte Gainsbourg) toutes bankables à leur niveau, il choisit un film à sketchs qui se pose rapidement en un exposé scolaire qui râte sa cible. Pour lier ses différents segments le fil rouge est justement Yvan Attal qui visite son psy à qui  il confie ses angoisses. Chaque partie est titrée et expose une certaine idée de ce qu'on peut entendre sur les juifs en général.

0467371-754x1024.jpg (754×1024)3274001586_1_2_5gzTYT6i.png (600×338)

Le problème c'est que le choix du sketch n'ouvre pas à l'ouverture d'esprit en liant les différents personnages par un scénario cohérent qui aurait évité ces successions de caricatures sans que jamais il y ait de réflexions constructives. C'est au spectateur de subir toutes ces démonstrations et d'y réfléchir (s'il le veut !) mais là aussi on est frustré. En effet, outre ces devoirs mis en image façon court métrage, Yvan Attal se positionne comme la victime persécutée par ses angoisses qui sont évidemment la faute des antisémites... Très vite une chose s'impose... Ce film est avant tout le film mégalo et thérapeutique de Yvan Attal qui se paye une séance publique chez son psy. Le vrai bémol est donc d'avoir réalisé un film selon ce que Yvan Attal veut dénoncer. Il fait un cours magistral qui parle faussement de tolérance et/ou d'anti-racisme pour bien marteler que les Juifs restent bel et bien les seuls victimes de l'Histoire. La sincérité de son propos ne fait pas de doute mais en résumé son film est maladroit, trop manichéen, trop simpliste, trop caricatural pour toucher réellement. L'humour râte dans le même temps trop souvent sa cible, on doit beaucoup aux acteurs qui offrent leur autodérision  sur un plateau mais dans l'écriture Attal est trop touché par son sujet pour lâcher prise, se laisser vraiment aller lui-même à la même légèreté. Derrière la comédie Yvan Attal est loin de vouloir rire, il s'impose la comédie car il sait qu'elle est plus universelle pour faire passer son message mais il est comme aigri, fermé, et son film s'en ressent. Heureusement la farce et la satire alliées aux talents des acteurs offrent plusieurs scènes savoureuses et nous arrachent quelques rires/sourires qui sauvent le film du naufrage. On reste terriblement déçu par un film qui se prend dans le fond beaucoup trop au sérieux et qui fait illusion par une forme dite de comédie à sketch. On aurait aimé follement ce film mais les partis pris de mise en scène et de constructions narratives sont clairement un mauvais choix. Dommage, énorme déception...

 

Note :                 

 

09/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :