Capitaine Fantastic (2016) de Matt Ross

par Selenie  -  14 Octobre 2016, 12:16  -  #Critiques de films

Un film qui fait sensation dans les festivals (multi-primé notamment à Cannes et Deauville) depuis quelques temps déjà avec ce second long métrage du réalisateur-dialoguiste-scénariste Matt Ross (plus connu comme acteur de diverses séries) après son confidentiel "28 Hôtel Rooms" (2012). Le film relate l'aventure de la famille de Ben qui vit avec ses 6 enfants dans un coin de forêt à l'écart du monde moderne, un monde qui est pour lui vicié et dont il veut protéger ses enfants en leur apprenant la philosophie et la survie. Ben est interprété par l'excellent Viggo Mortensen dans un rôle taillé sur mesure pour cet artiste complet. La star est entourée de 6 enfants (de 8 à 18 ans par des acteurs allant de 7 à 24 ans) impeccables d'abnégation, investis dans une osmose palpable dans cette famille de Robinsons modernes.

captain-fantastic-affiche.jpg (1508×2048) 168875.jpg (1600×1067)

Evidemment la vie recluse de ce genre nous fait penser à des films comme "Mosquito Coast" (1986) de Peter Weir et "Vie sauvage" (2014) de Cédric Khan. Dans le thème de la vie en autarcie on peut aussi citer "The ballad of Jack and Rose" (2005) de Rebecca Miller et "Paradis Perdu" (2012) de Eve Deboise. Mais comme tous ces films précédents, ce mode de vie a ses défauts et ses dangers et Matt Ross ne fait pas exception à la règle même si il y a un message plus optimiste et une morale qui se veulent plus apaisants. En effet, la vie en autarcie et 100% écolo prônée par Ben (et sa femme à l'origine) est d'une utopie flagrante et l'intelligence de Matt Ross est justement de ne pas tomber trop loin dans une démagogie moralisatrice. Néanmoins, le personnage de Ben est rempli de contradiction dont on ne sait si c'est voulu ou pas par le réalisateur-scénariste. En effet, Ben rejette tout du monde moderne (pas de télé, pas de jeux vidéos, honnit le capitalisme et la société consommatrice... etc...), bref un anar écolo pur jus mais qui finalement use du système sans vergogne (va à la banque, roule en car polluant, offre des armes extrêmement coûteuses  issues de fabriques tout ce qu'il y a de plus capitaliste, accepte l'argent de ses beaux-parents plein aux as... etc...). Les valeurs de Ben sont bafouées en premier lieu par lui-même. Parallèle utopiste et contradictoire assumé par le cinéaste pour son personnage central où est-ce tout bonnement des facilités pour étoffer un scénario qui repose essentiellement sur l'amour intra-familial ?! Le propos du réalisateur n'est pas complètement clair et donc pas franchement assumé sur le fond anti-capitalise écolo. Finalement on apprécie plus la partie filiale, solidarité familiale et amour fraternel. Une belle mise en scène, une belle photographie (signée Stephane Fontaine, fidèle de Jacques Audiard) et des acteurs au diapason pour une belle aventure humaine mais qui pêche juste un peu par une conclusion facile et sans prise de risque.

 

Note :            

 

 

14/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Emilie 17/10/2016 09:26

Je ne dirais pas qu'il use du système sans vergogne, je dirais qu'il use la système avec une grande parcimonie justement : le véhicule, la banque, les objets de consommation, l'argent ... le moins possible, c'est bien pour ça qu'il a choisit ce mode de vie. On a parfois l'impression que si quelqu'un choisi un mode de vie radical, certaines personnes l'invalident comme hypocrite car sur certains point des concessions sont faites. Il faudrait être soit complètement dans la société, soit complètement en dehors. C'est idiot. Comment fait-on si on veut essayer de vivre différemment de la norme ? L'homme est un animal social, il a besoin de vivre en rapport avec sa société, et s'il y a une morale à ce film, c'est bien que, si on a des idéaux "antisociaux" il vaut mieux ne pas les suivre à la lettre, et trouver un compromis de vie qui satisfasse au mieux ces idéaux, tout en restant intégré dans la société.

Selenie 17/10/2016 11:31

C'est un débat, mais Ben est jusqu'au-boutiste dans ses propos ce qui n'est donc pas "parcimonieux". Ses propos ne sont de toute façon pas en adéquation avec ses actions. Je suis d'accord avec toi, moins avec lui.