Le prénom (2012) de Alexandre de la Patellière et Mathieu Delaporte

par Selenie  -  1 Mai 2012, 10:20  -  #Critiques de films

D'après un titre qui veut tout dire sans rien dire, qui manque d'imagination ce film marque pourtant une des grandes surprises de cette année 2012. Adapté d'une pièce de théâtre ce film est, à l'instar de ses prédécesseurs "Le père Noël est une ordure" et "Diners de cons" pour ne citer que les plus réussies, une adaptation en quasi huis clos, reprenant très fidèlement le matériau d'origine. Donc, par conséquent le plus gros défaut reste la mise en scène, très statique, très classique. Pour combler cet élément le film se construit en trois parties. Le prologue où une voix Off (celle de Bruel et de son personnage) nous présente chaque protagonistes de façon très écrite, concise, à la fois ironique et précise.

 

Par contre il s'agit encore (à croire que les catégories sociales plus modestes n'existes pas dans une grande partie du cinéma français) de bourgeois plus ou moins snobs. Suit la pièce en elle-même (pardon le film !) qui s'avère clairement un petit bijou d'écriture... Chaque répliques fusent, réparties et joutes verbales de hautes volées non dénués de culture. Sur une blague un peu lourde (non péjoratif, ne connait-on pas tous des anecdotes de gags râtés en famille ?!), qui n'est pas des plus courtes un enchainement malheureux, fait de quiproquos et surtout à cause des égos de chacun va se succéder des débats houleux sur des broutilles liant les uns aux autres. Des dialogues percutants qui ne seraient rien sans un jeu d'acteur franchement remarquable. Bruel (dont je ne suis pas fan) trouve son meilleur rôle tandis que ses partenaires sont tous épatants ; une telle symbiose dans un groupe d'acteurs est assez rare. Juste une petite baisse de régime (l'ami qui raconte une rencontre) vient atténuer le rythme assez soutenu. Arrive ensuite l'épilogue, classique, plus sage mais logique. En bref un film qui a le défaut d'être une pièce de théâtre filmé (mais comme ses chef d'oeuvres cités plus haut) mais qui reste une oeuvre particulièrement jouissive, bien écrite pendant laquelle on rit beaucoup et de bon coeur. A déconseiller seulement à ceux qui sont allergiques au genre.

 

Note :          

 

17/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :