Les nuits rouges du bourreau de jade (2011) de Julien Carbon et Laurent Courtiaud

par Selenie  -  3 Septembre 2012, 08:57  -  #Critiques de films

C'est un premier film des deux réalisateurs mais ils sont aussi des scénaristes ayant travaillé pour Johnnie To et Wong Kar-Wai, un CV qui parle pour eux et qui donne des perspectives plus qu'honorables à ce qu'on peut s'attendre de leur film. Un casting asiatique de haute volée malheureusement parasité par une Frédérique Bel qui manque autant de nuance que d'épaisseur.

 

Les Nuits rouges du bourreau de jadehttp://fr.image-1.filmtrailer.com/69164.jpg

Les réalisateurs français se sont entourés d'une équipe réputée (notamment le directeur photo de "Lust Caution" de Ang Lee et de "Il était une fois en Chine" de Tsui Hark). Il est clair que esthétiquement le film  fait son effet avec une beauté formelle épurée et stylisée. Hommage au Giallo italien matiné d'une iconographie chinoise plutôt originale malheureusement les réalisateurs s'empêtrent dans une tonne de références en tous genres sans jamais créer une histoire cohérente, les tenants et aboutissants restant assez flous voir ineptes. Entre fétichisme, SM et torture gore le film prend des chemins faciles entre invraisemblances et ridicules de certaines situations. En plus de cela la bande-son est peu inspirée. Non dénué d'intérêt pourtant mais ce film reste une oeuvre aseptisée qui manque d'âme.

 

Note :           

04/20

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

selenie 07/09/2012 17:23

Oui c'est ça, sans débattre sur le mot "aseptisé" ce que tu dis est à peu près ce que j'ai écrit.

Zogarok 07/09/2012 10:04

Dur ! Le film est assez "vide", dans le sens ou l'approche est esthétisante et glacée, mais il n'est ni monochrome ni "aseptisé", il est même assez radical là ou il a décidé de s'embarquer. Ce
n'est pas un modèle de construction narrative, mais il distille une certaine tension et inspire au moins un vague plaisir graphique.