Thor (2011) de Kenneth Brannagh

par Selenie  -  10 Mai 2011, 07:20  -  #Critiques de films

4ème film de la Phase 1 du désormais très connu Univers Cinématographique Marvel, ce film suit donc chronologiquement les films "Captain America : First Avenger" (2011) de Joe Johnston, "Iron Man" (2008) de Jon Favreau et "L'Incroyable Hulk" (2008) de Louis Leterrier. Thor est l'incarnation Marvel du dieu éponyme fils d'Odin dans la mythologie nordique, il semble donc que les producteurs (dont Kevin Feige et Stan Lee) aient trouvé qu'il y avait une certaine essence "Shakespearienne" dans ce personnage puisque pour le réalisateur ils ont choisi le maitre Es Shakespeare britannique Kenneth Branagh. Au scénario plutôt des habitués des séries TV avec le duo Zack Stentz et Ashley Edward Miller (qui écriront ensuite "X-Men : le Commencement" en 2011 de Matthew Vaughn) et Don Payne qui venait de signer "Les Quatre Fantastique et le Surfeur d'Argent" (2007) de Tim Story.

Marsupifab130389673947_art.jpg (300×400)

Au casting Marvel mélange les expériences, avec des stars pour les seconds rôles, dont Natalie Portman sous-exploitée en girly intello alors qu'elle cartonnait au même moment dans le chef d'oeuvre "Black Swan" (2011) de Darren Aronofsky, Stellan Skarsgard et Anthony Hopkins en Odin après avoir déjà un lien viking dans le film "La Légende de Beowulf" (2007) de Robert Zemeckis. Tandis que les premiers rôles sont alors dévolu à des acteurs encore inconnus, Chris Hemsworth dansle rôle titre après une courte apparition en papa du capitaine Kirk dans "Star Trek" (2009) de J.J. Abrams, Tom Hiddelston en Loki et en prime le charismatique Idris Elba, déjà expérimenté mais qui n'avait jusqu'ici eut que des rôles plutôt mineur comme dans  "American Gangster" (2007) de Ridley Scott et "Rock'n Rolla" (2008) de Guy Ritchie. Le film se déroule à seulement deux lieux différents, Asgaard et une petite localité du Nouveau-Mexique et c'est déjà un des premiers soucis. En effet, ces deux seuls lieux limitent l'espace ce qui n'est pas très "super-hérosé avec un univers finalement restreint dans cette aventure. Mais surtout les décors sont d'un minimalisme qui  s'apparente à de la simple faineantise, ou bien à un gros manque d'ambition. On passe donc d'une bourgade laide et sans intérêt dans le désert à un palais tout doré mais aseptisé et sans magie.

La trame en lui-même n'a rien d'exceptionnelle mais elle est enrichit d'un rapport père-fils intéressant. En effet, à y regarder de plus près ce film est moins un véritable film de super-héros (il n'est pas un individu qui va se révéler entant que tel mais déjà un Dieu immortel) qu'une chronique familiale avec un fils narcissique et arrogant face à un père iconique et sage, avec à leur côté le fils aux secrets empoisonnés. Ainsi au lieu d'avoir un individu qui se retrouve avec des pouvoirs Thor lui débute son récit en simple humain sans pouvoir, puni par un père qui espère un éveil salutaire de son héritier. "Thor" reste malheureusement sans réelle souffle ni densité avec soucis logique qui mets à mal la monarchie héréditaire, et par la même la cohérence du scénario : comment Loki peut-il se proclamer roi et comment comprendre que personne ne réagit alors que Odin est bel et bien toujours en vie ?! Les scènes d'action sont clairement le bonus du film avec un traitement de l'humour très sympa. Pas un chef d'oeuvre mais le film est plaisant.

 

Note :        

 

09/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :