Le Hobbit : la bataille des 5 Armées (2014) de Peter Jackson

par Selenie  -  11 Décembre 2014, 05:54  -  #Critiques de films

Rappelons qu'au début la saga "Le Hobbit..." devait être un dyptique  avec "... Un voyage inattendu" et "... histoire d'un aller et d'un retour" avant que Peter Jackson ne décide de faire fructifier la machine à sous (à l'instar de Harry Potter entre autre) de scinder le dernier en deux. Résultat le second opus "... la désolation de Smaug" est un épisode de transition où il ne se passe pas grand chose au vu des 2h41... Déjà on se disait qu'une trilogie est sans doute trop pour une oeuvre moins dense que "Le Seigneur des Anneaux". Peter Jackson a tourné l'ensemble des 3 épisodes simultanément, une façon d'assurer une cohérence (déjà utilisé pour la trilogie précédente). Toujours en 3D et à 48 images/seconde...

1900670.jpg (450×600)Le-Hobbit-140801-700x379.jpg (700×379)

Des gadgets qui frappent l'oeil dès le début de cet épisode et, bizzarement, encore plus fort. La netteté de l'image est si inouïe que ça en devient assez effrayant. D'abord la 3D parait encore plus appuyé, et ce n'est pas une qualité au contraire, on remarque encore plus tout le travail sur les images de synthèse et le numérique. La pureté de l'image ajoute à cette gêne, on est rendu à un point ou on reste béat devant l'image en délaissant le fond de l'histoire. Ensuite le scénario coupe le film en deux. La première partie on est dans des dialogues et des tergiversations plus ou moins intéressantes et donc plus ou moins longues. La seconde offre enfin le grand spectacle qu'annonce le titre avec ses lots de bravoure et d'action. Le bon point c'est qu'il y a aussi de l'émotion. Le mauvais point (déjà soulevé pour les opus précédent) est l'absence d'humour. Malheureusement il n'y aucune surprise, aucune audace réelle. Toutes les scènes sont attendues, de l'idylle et le sacrifice de l'elfe au "réveil" de Thorin (trop brusque par ailleurs... On sourit sur quelques scènes quand les villageois s'enfuient au ralenti ou que de simples pierres suffisent à éliminer un orc. Toujours pas de héros charismatique à la Aragorn même si Bard l'archer prend tout d'un coup plus de place. Cependant ce film est plus court (2h25) et évite mieux les longueurs. Plus dense que les deux premiers  on passe un meilleur moment avec plus de spectacle avec notamment une excellente partie avec Smaug. Par contre quelques scènes paraissent un peu superflue surtout le choix concernant le retour de Bilbo, tandis qu'on n'est toujours pas surpris par l'éternel sursaut d'espoir symbolisé par de nouveaux alliés qui arrivent toujours "à l'improviste". Mais ça reste un divertiisement de belle qualité, une fois n'est pas coutume le n°3 est le meilleur de la trilogie, soit l'exact contraire du 3Seigneur des Anneaux"...

 

Note :                

 

12/20