The Riot Club (2014) de Lone Scherfig

par Selenie  -  2 Janvier 2015, 13:35  -  #Critiques de films

"Wilbur" (2002), "Une Education" (2009), "Un jour" (2011), les films de Lone Scherfig sont souvent centré sur un couple magnifié par une photographie soignée. Cette fois-ci la réalisatrice danoise nous plonge au sein d'une confrérie étudiante dans les décors austères et empreint d'Histoire. A l'origine il y a la pièce de théâtre "Posh" (2010) de Laura Wade qui s'est investie en tant que seule scénariste du film. Niveau réalité il semble que le réel Bullington Club ait été source d'inspiration même si la production nie qu'il y ait de quelconques liens. Par contre, l'équioe du film assure que ce qui est montré dans le film vient de témoignages...

273907.jpg (160×217)185841.jpg (640×426)

On y croit sans problème, d'autres films surtout dans les campus américains, ont déjà exploré ces sectes élitistes. Malheureusement le plongeon dans ce milieu reste particulièrement vaine et cousu de fil blanc. Rites et initiations sont logiques mais les personnages sont des clichés qui n'apportent qu'ennui. Evidemment il faut la copine qui ne comprend pas, la rivalité de base et le twist dramatique tant attendu... Bref le scénario n'ouvre aucune porte et sert une histoire finalement trop lisse et caricaturale. Oui ces jeunes branleurs sont imbues d'elles-même, se positionnent en rois du monde alors que seule une cuillère en or leur a été servies et oui, l'argent permet à peu près tout. C'est court et d'un cynisme simplifié. La moitié du film se déroule dans une salle de resto et il faut attendre le dérapage  pour atteindre le point de (non-) retour. Mais la plupart des délires sont loin d'être féroces tandis que les ramifications réelles avec le et les pouvoirs sont à peine effleurées. Même l'université d'Oxford est décevante alors qu'elle aurait dû être un personnage à part entière du film. Une  déception donc. Ca reste un bon film, techniquement rien à redire, les acteurs sont tous bons et ce genre de sujet reste interessant. Dommage que ce même sujet ne soit jamais traité à fond.

 

Note :                 

 

13/20