Dheepan (2015) de Jacques Audiard

par Selenie  -  26 Août 2015, 17:21  -  #Critiques de films

"Un héros très discret" (1996), "Sur mes lèvres" (2001), "De battre mon coeur s'est arrêté"(2005), "Un Prophète" (2009) et "De rouille et d'os" (2012), pas un film qui mériterait moins de 15/20 et Jacques Audiard confirme une nouvelle fois tout son talent avec ce nouveau film, Palme d'Or à Cannes cette année, qui signe là un film qui dénote un peu de ses précédents. Cette fois plus de violence dans l'action notamment et un mélange des genres plus pregnant, très très lointainement inspiré de "Lettres Persanes" de Montesquieu. Audiard co-écrit le scénario avec Thomas Bidegain pour leur troisième collaboration.

420365.jpg (160×217)o-DHEEPAN-facebook.jpg (2000×1000)

On suit donc un homme, une femme et une petite ado qui ne se connaissent pas mais qui vont faire croire qu'ils forment une famille unis dans la tragédie pour émigrer en France. Ils ne se connaissent pas, ne s'aiment pas (lui est un Tigre Tamoul, elles sont des victimes) mais vont devoir vivre comme si, dans une cité parisienne aux mains des dealers. Hormis Vincent Rottiers, les acteurs sont tous des débutants dont la "famille" sri lankaise. Antonythasan Jesuthasan (lui) est écrivain et lui-même ancien enfant soldat des Tigres Tamouls, Kalieaswari Srinivasan (elle) est une actrice de théâtre connue en Inde. Ils forment un couple touchant malgré qu'on touche parfois à l'antipathie, c'est là tout le travail magnifique sur l'écriture. Ces deux personnages qui se haïssent presque au début de leur relation vont peu à peu s'apprivoiser. Le scénario est tout aussi judicieusement écrit, revisitant les genres. On passe du drame social au thriller qui emprunte beaucoup au western (urbain, annonciateur du prochain western prévu par Audiard ?!), où comment un inconnu qui veut se cacher et oublier un passé douloureux qu'on pousse à bout peut réveiller ses instincts les plus primaires. Malheureusement la fin déçoit un peu. Le western vire au Vigilante movie et la dernière scène n'est pas en adéquation avec le pessimisme du reste du film, on est presque surpris de cette fin de la part de Audiard. Tourné en Tamoul pour une grande partie, on est immergé de la meilleure façon dans l'intimité de la famille, la rareté de la langue y fait sans nul doute. Des acteurs magnifiques, profonds, qui transpirent la sincérité dans une tragédie moderne et actuelle. La mise en scène de Audiard est toujours aussi immersive et réaliste. Un magnifique film, prenant. Il est juste dommage que la fin soit un peu plus bancale. 

 

Note :             

 

16/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

princécranoir 30/08/2015 21:31

Acteurs formidable, mise en scène toujours au-dessus du lot et contrairement à toi, j'aime beaucoup cette fin incertaine. Dheepan est néanmoins alourdi par le trait appuyé de sa peinture d'une banlieue, même si elle n'est qu'un décor de fiction. Difficile de choisir entre réalisme social et pur film de genre qui insiste sur les codes. Et ces inserts mystérieux sur le Ganesh dans la brousse, était-ce bien nécessaire ? Ceci dit, ça reste un très bon film, quant à savoir s'il méritait la Palme...

selenie 31/08/2015 11:14

Pour moi la fin n'est justement pas incertaine, c'est une fin genre "ils se marièrent, eurent des enfants et vécurent heureux..."... Effectivement les inserts peuvent laisser perplexes... Pour la palme c'est toujours le débat, tous les ans...