La La Land (2017) de Damien Chazelle

par Selenie  -  26 Janvier 2017, 07:46  -  #Critiques de films

Film évènement tant attendu depuis son carton partout où il passe. Rarement on aura vu un film aussi unanimement bien accueilli aussi bien des critiques que du public. Jeune réalisateur (seulement 32 ans) déjà remarqué pour le puissant "Whiplash" (2014), Damien Chazelle signe un film musical comme à son habitude mais cette fois il passe du film réaliste mixte entre "Full Metal Jacket" et "Fame" pour une vraie comédie musicale façon chronique hollywoodienne saupoudré de RomCom. A l'origine ce sont Miles Teller (héros de "Whiplash") et Emma Watson (Hermione de "Harry Potter") qui devaient jouer dans le film mais le premier a eu des divergences artistiques avec Chazelle et la seconde a préféré le conte "La Belle et la Bête" (2017) pour Disney. La chance était avec le film car en prime ils sont remplacés par le couple Ryan Gosling-Emma Stone, qui ont déjà été amoureux dans "Crazy Stupid Love" (2011) de john Requa et Glen Ficarra "Gangster Squad" (2013) de Ruben Fleischer. Car si il y a une multitude de seconds rôles, dont l'excellent J.K. Simmons (le prof tortionnaire de "Whiplash"), ce sont bien Ryan Gosling et Emma Stone qui porte le film de bout en bout et qui sont, l'un et/ou l'autre, de tous les plans. Damien Chazelle a su s'entourer avec le compositeur Justin Hurwitz (déjà à l'oeuvre sur "Whiplash"), les auteurs des chansons Benj Pasek et Justin Paul lauréat de nombreux Tony et Emmy Awards, le producteur exécutif musical Marius de Vries qui était sur les films "Roméo + Juliette" (1996) et "Moulin Rouge" (2001) de Baz Lurhmann. On peut aussi citer le Chef décorateur David Wasco ("Kill Bill" en 2003 et "Inglourious Basterds" en 2009 de Quentin Tarantino) et la Chef costumière Mary Zophres (fidèle des frères Coen depuis "Fargo" en 1996).

2707740.jpg (431×574)

Une équipe solide et expérimentée qui, alliée aux idées référentielles de Damien Chazelle donne un film remarquable et unique. En effet, ses premiers films en témoignent également, le cinéaste est un grand amateur de comédies musicales, des grands classiques de l'Âge d'Or de Hollywood en passant par les film cultes du français Jacques Demy. Ses références sont légions dans "La La Land" mais jamais copiées collées. Le réalisateur-scénariste Damien Chazelle digère et assume entièrement en un melting-pot savoureux. En effet si on pense parfois à divers comédies musicales allant de "Chantons sous la pluie" (1952) de Stanley Donen à "Les parapluies de Cherbourg" (1963) de Demy en passant par "Tous en scène" (1953) de Vincente Minnelli, "West Side Story" (1960) de Robert Wise on remarque surtout les clins d'oeil à "Un américain à Paris" (1951) de Vincente Minnelli, "Les Demoiselles de Rochefort" (1967) de Jacques Demy (jazz oblige) et "Moulin Rouge" (2001) de Baz Luhrmann. Deux monuments du genre, hollywoodien et français complètement en accord avec cet "entre deux mondes" qui fait toute l'originalité du film. Si l'histoire de déroule aujourd'hui les héros sont en constant décalage (romantisme, tenue vestimentaire, rêve, nostalgie...) avec leur époque. Idem pour les chorégraphies, les musiques et le choix des couleurs ton pastel. Ca aurait pu être dissonant, bizarre, bancal mais pas du tout. Le chef d'orchestre Damien Chazelle réussit l'exploit de marier les genres et les styles pour un film musical merveilleux et maitrisé. Pourtant le film a aussi son lot de surprises plus ou moins acceptables. Quelques baissent de régime, une comédie musicale qui n'est pas une comédie, et un côté naïf qui peut agacer aujourd'hui (impératif de se mettre au diapason de nos héros, nostalgie !).

LA-LA-LAND-Photo-15-du-film-Emma-Stone-Ryan-Gosling-film-2017-SND-Go-with-the-Blog.png (540×400)

Mais on ne peut qu'être bluffer par les performances de Ryan Gosling et Emma Stone. Cette dernière s'est gavée de séances musicales des films de Demy aux 10 films réunissant Fred Astaire à Ginger Rogers. Ryan Gosling a pris des leçons de piano à raison de 2h/jour 6 jours sur 7 et ça reste éblouissant. En effet les deux acteurs ne sont jamais doublés, et question piano c'est bien l'acteur qui joue de A à Z ! C'est juste bluffant et magique. Mais on peut déceler ici et là quelques détails qui confirmeront qu'évidemment ni Emma Stone ni Ryan Gosling n'ont le niveau des grands du genre, que ce soit Fred Astaire et Ginger Rogers ou Gene Kelly et Cyd Charisse. Néanmoins la magie opère et c'est bien là le plus important. Certe les chorégraphies manquent un peu de panache et de peps et sont clairement plus aisées que dans les grands classiques hollywoodiens cités plus haut mais c'est aussi ce qui fait son charme, le mélange entre le style Demy et le style Hollywoodien. Et dans un sens ça facilite le fait que les spectateurs peuvent plus facilement s'identifier à ce couple déjà mythique. Car après trois films, Ryan Gosling et Emma Stone sont entrés dans le panthéon des couples mythiques du grand écran. Les deux acteurs sont pétillants et étincelants de charmes. Damien Chazelle signe une mise en scène tout en mouvement, la steadycam à chauffer ! Le réalisateur signe plusieurs plan-séquence de toute beauté dont une ouverture magnifique de maitrise et de folie. "La La Land" qui a raflé un record de 7 Golden Globes vient de s'offir un autre record avec 14 nominations aux Oscars égalant ainsi "Eve" (1950) de Joseph L. Mankiewicz et "Titanic" (1998) de James Cameron. Un magnifique film musical assurément, un peu surestimé au vu des critiques dithyrambiques de ces derniers mois mais ça reste un must incontestable et déjà incontournable. Note risquant d'être modifiée dans l'attente d'une seconde séance...

 

Note :             

17/20