Avengers : Infinity War (2018) de Joe et Anthony Russo.

par Selenie  -  25 Avril 2018, 14:54  -  #Critiques de films

Voilà enfin l'apothéose tant attendue, le film ultime qui sort évidemment pour le dixième anniversaire du Marvel Cinematografic Universe. Cet opus est inspiré du comics "The Infinity Gauntlet" (1991) et il est surtout le 19ème film Marvel depuis "Iron Man" (2008) de Jon Favreau, et le 7ème film de la Phase 3 (qui n'est pas terminée !). Pour cet anniversaire Marvel a vu grandiose avec un budget de 500 millions de dollars, soit deux fois supérieur au plus cher des Marvel jusqu'ici "Avengers 2" (2015) de Joss Whedon, mais surtout Marvel annonce la présence à l'écran de pas moins de 68 super-héros !!! Une fresque fleuve donc dirigée par les frères Joe et Anthony Russo qui avaient déjà réalisé "Captain America : le Soldat de l'Hiver" (2014) et "Captain America : Civil War" (2016), et qui retrouvent également leurs scénaristes Christopher Markus et Stephen McFeely ce qui gatantit assurément une cohérence. Evidemment, un tel film apporte autant d'envies que de craintes. En effet on s'interroge automatiquement sur la construction d'un récit où 68 super-héros devront se partager 02h30 de film. Imaginez entre autres des personnages qui ne se sont jamais rencontrés et qui vont devoir s'allier contre le super méchant.

Les équipes de Captain America et Iron Man vont donc faire équipe avec les Gardiens de la Galaxie contre Thanos. Ce dernier n'est d'ailleurs pas un simple super méchant, les frangins Russo indiquent même : "Les enjeux sont très hauts dans "Avengers 3". Je voulais faire de Thanos le Dark Vador d'une nouvelle génération. C'est un personnage incroyablement intense. Sociopathe. Qui ne fait pas de prisonniers... Je pense que le public aura besoin de se préparer avant d'aller voir ces films."... Il y a donc deux paramètres essentiels sur lesquels il faut absolument que les réalisateurs aient réussi leur pari. Le premier repose sur le super méchant Thanos, incarné par Josh Brolin en Motion Capture alors qu'il joue chez Marvel sur deux univers puisqu'il sera bientôt Cable dans "Deadpool 2" (2018) de David Leitch. ... ... Le second point reste d'une importance capitale, la cohérence d'un scénario qui doit jouer avec 68 super-héros. Evidemment c'est le gros défi, comment laisser une place suffisante à chacun ?! On pense notamment à Black Panther qui a gagné en importance grâce au carton de son film "Black Panther" (2018) de Ryan Coogler, mais les spéculations de ces dernières semaines ont donné beaucoup d'infos finalement... On peut d'ores et déjà penser que Marvel veut faire de Doctor Strange et Black Panther les futurs piliers de la franchise. Ce film apothéose d'une décennie va rester dans les annales, pas obligatoirement pour ses valeurs intrinsèques mais surtout pour le film somme qu'il est et sera de toute façon pour la postérité. Le film débute surtout avec une ellipse assez importante (faisant le lien avec la fin de "Thor : Ragnarok") pour un prologue un peu bâclé. S'en suit une première heure un peu décousue, avec un montage très découpé, malheureusement nécessaire pour l'entrée des personnages dans le récit, pour les présentations de certains. Au fil du temps le film se fluidifie avec de belles séquences de rencontres. Evidemment, on savait et on s'attendait à la mort de quelques uns mais sur ce point Marvel a une nouvelle fois été frileux ; est-ce que le pire est à venir ?! Importance effective et charismatique de Thanos mais qui n'est étonnamment pas assumée telle qu'elle est décrite par les réalisateurs plus haut ("sociopathe", c'est faire un raccourci, "ne fait pas de prisonniers" mais laisse en vie plutôt gratuitement) ; excellent point pour ses bras droits, des méchants qui ne sont pas de seconde zone même si on aurait aimé plus de duels mano à mano. Mais le plus décevant reste les scènes d'action, à l'exception de 2-3 passages (rencontres entre super-héros faisant "connaissance" surtout) les frères Russo usent beaucoup trop d'une mise en scène épileptique, voire clippesque en omettant trop des plans plus larges afin de profiter réellement des séquences de combat. On a la douloureuse sensation de ne pas voir grand chose au final surtout lors de la bataille du Wakanda.

Enfin, la fin reste ouverte même si on devine le concept scénaristique qui suivra dans "Avengers 4". Une fin pourtant peu plausible et/ou incohérente tant Thanos est omniprésent et invincible... A suivre... Pour ce qui est des 68 super-héros il y a forcément des omissions, des enjeux que chacun percevra différemment (temps de présence à l'écran, importance dans les faits, morts ou non...) mais force est de constater que Marvel et les frères Russo attendront "Avengers 4" pour assumer entièrement des choix qui seront de toute façon fatidiques. En conclusion, "Avengers : Infinity War" est bel et bien un film somme mais qui ne le sera complètement qu'avec "Avengers 4" car ce film-ci ne va pas au bout et n'ose qu'à moitié pour attendre la véritable apothéose pour "Avengers 4". Outre un début un peu poussif et des combats pas tous explosifs, on notera (chose rare chez Marvel) quelques effets spéciaux plutôt médiocres pour une telle production (dont un plan de Banner dans un Iron man). 02h20 particulièrement jouissives, le plaisir de les voir tous réunis est en soit un bonus non négligeable, avec en prime l'atout humour parfaitement maitrisé notamment en réunissant le style "Gardiens de la Galaxie" et "Avengers". "Avengers : Infinity War" est ambitieux et efficace, il ne sera pas le meilleur de la saga mais on passe un excellent moment à défaut de tenir toutes ses promesses. 

 

Note :                 

15/20 

 

Pour info bonus, Note de mon fils de 9 ans : 

17/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Siloé 03/08/2018 18:18

Wouaouw comme j'ai kiffé ce pur moment de distraction...