Le voleur de bicyclette (1949) de Vittorio De Sica

par Selenie  -  6 Novembre 2013, 06:53  -  #Critiques de films

En pleine période néo-réalisme Vittorio De Sica s'impose comme le maitre du genre avec cette histoire, la quintessence du néo-réalisme à savoir que ce n'est un pas un évènement extraordinaire qui arrive dans une vie ordinaire (comme la plupart des films américains d'aujourd'hui) mais un évènement tout ce qu'il y a d'ordinaire et "normal" qui bouscule la vie d'un homme ordinaire. Dans l'Italie d'après-guerre qu'il faut reconstruire la misère est omniprésente et le quotidien est mené par la quête d'un travail.

 Le Voleur de bicycletteLe Voleur de bicyclette : Photo

Ici ce travail est acquis si Antonio possède un vélo, il en trouve un jusqu'à ce qu'il se fasse voler ; le travil devra attendre la quête du vélo à travers les rues de Rome... Lumière naturelle, décors naturels au sein de Rome, casting composé d'acteurs non professionnels, et en arrière-plan le quotidien du peuple dans les quartiers populaires de Rome... Dans cette quête banale d'un homme modeste et banal est un témoignagne quasi documentaire de l'impuissance devant le destin, le malheur semblant frapper les plus malheureux. La musique est un peu trop larmoyante alors qu'il y en aurait pas eu besoin d'en rajouter tant ce magnifique film est à l'image de la fatalité, voir du pessimisme. A travers la recherche du vélo De Sica filme le pire sur l'après-guerre (mont-de-piété, bordel, foi et charlatan...) plutôt que l'utopie des 30 Glorieuses. "Le voleur de bicyclette" fut classé 3ème meilleur film de l'histoire en 1958 par un jury lors de l'Exposition Universelle de Bruxelles et fit partie du top 10 des 50 films à voir avant ses 14 ans instauré par la British Film Institute... Effectivement ce chef d'oeuvre se doit d'être vu et connu.

 

Note :             

18/20