Ready Player One (2018) de Steven Spielberg

par Selenie  -  21 Mars 2018, 06:31  -  #Critiques de films

Steven Spielberg ne chôme pas, seulement quelques semaines après la sortie de l'excellent thriller politico-journalistique "Pentagon Papers" (2018) voici donc son grand retour dans la Science-Fiction, et même nous pourrions préciser un film d'anticipation avec l'adaptation du roman éponyme (2011) de Ernest Cline. Un roman qui pourrait trop facilement être considéré comme un pur produit geek mais qui est surtout un hommage à la pop culture des années 80-90 avec de mutliples références et clins d'oeil à des univers aussi différents que "Tron", "Les Griffes de la Nuit", Tomb Raider", "Le Géant de Fer" (Vin Diesel reprend d'ailleurs sa voix !), "Retour vers le Futur" et... Ainsi que plusieurs références aux films de Spielberg lui-même ! Ce dernier a d'ailleurs préféré occulter ses propres oeuvres par soucis d'humilité (et aussi éviter sans doute des reproches futurs)... On est donc dans un avenir proche, en 2045, le monde ne va pas mieux et divers crises en tous genres gangrènent le monde. Les gens se réfugient alors plus facilement dans l'Oasis, un jeu vidéo multi-joueurs qui offre d'autres perspectives dans un monde virtuel qui est un exutoire de libertés. Mais même l'Oasis va s'avérer dangereux quand son créateur laisse en testament une ultime quête, retrouver un Oeuf de Pâques qui sera, pour le vainqueur, la porte ouverte à une fortune de 500 milliards de dollars et le contrôle de l'Oasis...

Résultat de recherche d'images pour "ready player one"

Le jeune héros, gamer inconditionnel de l'Oasis, qui va tenter le coup est incarné par Tye Sheridan, révélation de "The Tree of Life" (2011) de Terrence Malick. Il sera évidemment aidé par une jeune femme belle comme un coeur interprétée par Olivia Cooke vue dans la série TV "Bates Motel" (2013-...) et entre temps dans "The Signal" (2015) de William Eubank et "Ouija" (2014) de Stiles White. Au casting il y a aussi l'excellent Ben Mendelsohn vu récemment dans "Les Heures Sombres" (2018) de Joe Wright, tandis que Simon Pegg et Mark Rylance retrouve Spielberg après avoir tourné respectivement dans "Les Aventures de Tintin : le Secret de la Licorne" (2011) pour le premier, "Le BGG" (2016) et "Le Pont des Espions" (2015) pour le second. Spielberg, quant à lui, et commeà son habitude retrouve l'essentiel de son équipe habituel à l'exception notable du compositeur. En effet, le fidèle John Williams étant déjà occupé par "Pentagon Papers" a du laisser sa place à Alan Silvestri, fidèle compositeur du réalisateur Robert Zemeckis notamment sur la saga "Retour Vers le Futur"... Avec ce film Spielberg renoue avec le divertissement pur haut de gamme, du grand spectacle aux ingrédients disparates mais universels que lui seul est capable de mixer pour le plus grand nombre. Le début n'est pas trop longuet ni trop explicatif, au contraire il entre dans le vif du sujet. Ensuite ce qui frappe c'est le visuel absolument époustouflant du monde virtuel, les effets spéciaux sont juste éblouissant et parfaitement raccord avec le monde réel, même si ce dernier manque un peu lumière, il est un peu fade. Quoi qu'il en soit, il faut le voir absolument sur grand écran !

Le premier (petit) bémol vient par contre d'un scénario tout de même très classique dans sa trame générale avec une morale très basique La fille un peu rebelle pour une idylle, les amis, le grand méchant milliardaire qui veut plus, les rebondissements quasis tous attendus... etc... On notera quelques faux raccords comme un tableau déchiré reconstitué ou une tâche de naissance plus ou moins sombre. Par contre, en ce qui concerne la tâche de naissance, elle est si bégnine que le complexe est un peu trop appuyé. Précisons également que dans le roman Perzival ne voit en vrai Art3mis qu'à la fin de l'aventure. Des choix et des petites maladresses qui restent sans grandes importances devant le spectacle offert par Spielberg. Car heureusement il y a tous les univers pop cultures réunis de façon assez hallucinante et, surtout, parfaitement unis les uns aux autres par un jeu inouï dans sa conception qui va en faire rêver plus d'un. King Kong, Godzilla, Alien, Le Géant de Fer, les jeux d'arcades... etc... Et même "Shining" font des apparitions plus ou moins importantes dont ce dernier film de Kubrick pour une séquence dantesque ! Les passages du virtuel au réel se font sans sourciller, c'est fluide, rythmé, puissant et il y a un équilibre parfait entre action, émotion et humour. Pour l'humour, loin d'être des gags lourdingues c'est surtout le côté fun qui gagne et c'est particulièrement judicieux vu les thématiques. Si la note est généreuse ça reste un film de divertissement avec un grand D, généreux, à voir, à revoir et à conseiller.

 

Note :         

17/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Siloé 04/07/2018 00:05

Tout est dit.