Harry Potter à l'Ecole des Sorciers (2001) de Chirs Columbus.

par Selenie  -  8 Octobre 2018, 08:47  -  #Critiques de films

Le phénomène littéraire J.K. Rowling, au titre en V.O. anglais "Harry Potter and the philosopher's stone" (1998), et en V.O. américain "Harry Potter and the sorcerer's stone" (?!) et édité à seulement 500 exemplaires a envahi le monde. J.K. Rowling est devenue millionnaire sur tous les points avec en prime une fan base de lecteurs assez impressionnantes pour attiser les envies de Hollywood. Au début, Steven Spielberg lui-même s'était avancé pour réaliser le film qu'il voulait absolument que le jeune Haley Joel Osment soit Harry Potter, le jeune acteur étant aussi à l'affiche de "A.I. Intelligence Artificielle" (2001). Par là même, un certain Robin Williams voulait, lui, incarner le géant Hagrid... Malheureusement tout ça fait beaucoup trop américain pour l'auteur. En effet, J.K. Rowling, très impliquée, impose le fait que le casting soit composé à 100% d'acteurs britanniques. Ainsi, pas de Robin Williams mais Robbie Coltrane, pas de Osment mais un jeune inconnu de 10 ans, Daniel Radcliffe qui a déjà joué dans le film "Le Tailleur de Panama" (1999) de John Boorman et qui avait tenu le rôle titre du téléfilm "David Copperfield" (1999) de Simon Curtis. Si l'auteur a ce désir, les aléas de la production font que toute l'équipe n'est pas britannique mais la grosse majorité du casting l'est bel et bien. Outre l'américain Warwick Davis (célèbre depuis "Star Wars" et surtout "Willow" en 1988 de Ron Howard) le film s'offre un joli panel des acteurs britanniques parmi les plus réputés avec Richard Harris, Maggie Smith, Alan Rickman, John Cleese, John Hurt et Ralph Fiennes. Pour les deux meilleurs amis de Harry Potter le choix s'est porté sur deux inconnus au CV vide, Rupert Grint et Emma Watson interprétant respectivement Ron Weasley et Hermione Granger.

Résultat de recherche d'images pour "Harry Potter à l'Ecole des Sorciers film blog"

Par contre, le réalisateur choisi est bien un américain, Chris Columbus, connu pour les films "Maman, j'ai râté l'Avion" (1990) et "Madame Doubtfire" (1993). L'adaptation-scénario est signée de Steve Klose qui est assez peu connu mais qui a réalisé et écrit les films "Susie et les Baker Boys" (1990) et "Flash and Bone" (1995). La musique est signée du maestro John Williams qu'on ne présente plus... Comme toutes les adaptations littéraires, surtout de ce volume, il est évident que le roman est écourté voire résumé mais l'esprit du roman est bel et bien présent dans le film à l'instar de J.R. Tolkien et son "Seigneur des Anneaux". Notons d'ailleurs que J.K. Rowling elle-même a déclaré être très satisfaite du travail effectué par Chris Columbus ; dont acte... Mine de rien la bouille du jeune Daniel Radcliffe n'y est pas pour rien, il incarne un Harry Potter idéal bien accompagné par ses deux amis Ron et Hermione. Le casting est aux petits oignons. L'autre bon point reste la création et la reconstitution visuelle de l'univers Potter et, surtout, de la matérialisation de l'école de Poudlard juste assez grandiose pour nous immerger sans difficulté. Les enfants forment un joli panel, à la fois consensuel (HP est adorable, intelligent et gentil, Hermione mignonne super intelligente et un peu chipie, Ron a un physique banal mais il est rigolo et loyal... etc...) et commun. Les professeurs sont beaucoup plus intéressants sur le fond.

On peut rester perplexe sur certains points comme pourquoi laisser un enfant à une famille aussi détestable ?! Néanmoins l'intrigue est plutôt bien fichue et surtout Columbus ne tombe pas dans l'écueil du film n°1 qui permet juste de mettre en place les protagonistes avant les suites annoncées. Non, heureusement le film offre bel et bien un début d'aventure et impose une entrée solide et riche (avec nombre d'outils magiques et un joli bestiaire) dans le monde des sorciers et, surtout, vers une présentation certes mystérieuse mais officielle avec celui dont on tait le nom. Un grand divertissement familial dont le succès phénoménal (plus de 974 millions de dollars au box-office Monde dont 9,5 millions d'entrées France !) ouvre la porte aux sept suites...

 

Avis de Llowenn ICI !

 

Note :                 

16/20

 

 

Pour info bonus, Note de mon fils de 9 ans :               

16/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Siloé 24/11/2018 18:24

Une pure machine à déclencher du rêve.