Nicky Larson et le Parfum de Cupidon (2019) de Philippe Lacheau

par Selenie  -  7 Février 2019, 08:20  -  #Critiques de films

Incroyable mais vrai, des français osent et se lacent dans l'adaptation cinéma du manga culte "Nicky Larson" (1985) de Tsukasa Hojo ! Célèbre en France via le dessin animé tout aussi culte qui était diffusé dans le Club Dorothée à partir de 1990, une série que votre serviteur alors ado regardais beaucoup... Une grosse frayeur a envahi le monde cinéphile et geek quand on a appris que les heureux élus étaient (malheureusement ?!) l'équipe derrière le dyptique "Babysitting" (2014-2015) et "Alibi.Com" (2017), à savoir le producteur Marc Fiszman et surtout le réalisateur-scénariste-acteur Philippe Lacheau et ses acolytes Tarek Boudali, Julien Arruti, Pierre Dudan et la belle Elodie Fontan en ce moement aussi sur les écrans avec "Qu'est-ce qu'on a fait encore au Bon Dieu ?" (2019) de Philippe De Chauveron. Non pas que leurs comédies soient désagréables (loin de là !) mais l'univers potache et absurde de ces trublions font qu'on ne comprend pas aisément le pourquoi du comment...

Philippe Lacheau s'explique pourtant : "C'était une vraie comédie. Il y avait aussi de l'action, des enquêtes policières, des histoires d'amour, mais c'était surtout très drôle. Nicky, au-delà de me faire marrer, est le meilleur dans tout ce qu'il entreprend : c'est à la fois un détective, un garde du corps, un nettoyeur... le James Bond de la comédie en somme. Inconsciemment, c'était donc un rêve de gosse d'incarner le héros de mon enfance au cinéma. Et en portant son histoire à l'écran, je savais qu'il irait bien avec le genre de comédie que je réalise et comme ce que j'aime faire, c'est de la comédie, c'était parfait pour moi."... Une chose est certaine, c'est que Philippe Lacheau était extrêmement motivé, outre ses 8kg de muscles prit pour les besoins du rôle, il a fallu revoir entre autres les 144 épisodes du dessin animé et les 37 numéros de manga, en prime revoir le film "City Hunter" (1992) de Wong Jing avec Jackie Chan dans le rôle de Nicky Larson, mais surtout obtenir les droits, difficilement à priori mais avec un constat dont Lacheau se vante logiquement : "Avant de nous accorder les droits, cet auteur japonais a demandé un droit de regard sur le scénario. Après 18 mois d'écriture, je suis donc parti à sa rencontre avec mon manuscrit sous le bras et la peur au ventre. Au bout de 48 heures, le verdict est tombé : il avait adoré ! Nous étions très heureux car il avait trouvé que le script était fidèle à son oeuvre et mieux : qu'il aurait aimé inventer lui-même cette histoire originale. C'était le plus beau des compliments qu'on pouvait recevoir de sa part."... Néanmoins, au vu du résultat de "City Hunter" avec Jackie Chan, on a des doutes d'abord, et ensuite on a des certitudes !... A l'instar de la déception "Starsky et Hutch" (2004) de Todd Philipps, dans ce film Lacheau n'a pas franchement compris l'esprit et l'ambiance de l'oeuvre originel. Rappelons que si il y a beaucoup d'humour dans le manga il n'intervient JAMAIS lors de l'enquête même et encore moins dans l'action. Larson est un pro qui reste froid et déterminé à partir du moment où le boulot doit se faire, l'humour et la légèreté c'est avant ou après !... C'est là que le film râte le coche.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A tellement vouloir en faire une comédie de A à Z Lacheau en fait un film dans la lignée de "Babysitting" et de "Alibi.com" plutôt qu'une adaptation fidèle du manga original. Par exemple un gag en pleine fusillade n'a rien à voir avec "Nicky Larson" époque 1985-1990, modifier les noms et le titre et on aurait une simple comédie estampillée Lacheau. Si on ajoute les perruques hideuses du couple principal on serait plus dans le pastiche, sauf que Philippe Lacheau croit dur comme fer être dans une adaptation solide et fidèle en tous points... Ce n'est pas un détail ! Des seconds rôles souvent insipides et une collection de caméos plus ou moins bien vu avec pêle-mêle Didier Bourdon, Pamela Anderson, Dorothée, Gérard Jugnot, Audrey Lamy, Reem Kherici, Chantal Ladesou, Medi Sadoun, Jérôme Le Banner... Et en prime l'excellente idée de faire venir le chanteur du générique du dessin animé Jean-Paul Césari et la voix française de notre enfance Vincent Ropion qui, malheureusement, n'est présent que pour un simple hommage... On remarque plusieurs clins d'oeil aux émissions du Club Dorothée, jamais bien subtil et pas toujours opportun mais ça nous arrache quelques sourires nostalgiques. La plupart des gags sont soit complètement éculés soit ils proviennent de la bande-annonce donc sans surprise sans effet. Bref on s'ennuie... Mais pourtant il y a une sincérité dans ce projet qui reste touchante, mais pas suffisante. Et on mettra un bonus sur l'intrigue qui reste plutôt bien vue et bien amenée, ce qui sauve le film du naufrage. Un film qui marchera grâce à la nostalgie des quadras surtout, et grâce au potentiel bankable de la troupe Lacheau mais ça reste un film qui s'oubliera au fil du temps... 

 

Note :                

09/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :