Fast and Furious : Hobbs and Shaw (2019) de David Leitch

par Selenie  -  8 Août 2019, 08:24  -  #Critiques de films

Après 8 films de la saga et avant le prochain "Fast and Furious 9" voici donc le 1er spin-off issu de la franchise avec les personnages devenus aussi emblématiques que les Toretto, à savoir l'agent des Forces d'Intervention de la Sécurité Diplomatique Lucas Bobbs et l'ex-agent du MI6 devenu criminel Deckard Shaw. Pour cette mission les deux hommes doivent collaborer pour sauver le monde une fois de plus. Aux commandes un nouveau venu dans la franchise, David Leitch ancien cascadeur devenu un ponte du film d'action après "John Wick" (2014), "Atomic Blonde" (2017) et "Deadpool 2" (2018). Le scénario est co-écrit avec Chris Morgan vétéran de la saga scénariste depuis "Fast and Furious : Tokyo Drift" (2006), cette fois en collaboration avec Drew Pearce réalisateur-scénariste du récent "Hôtel Artemis" (2018)... Dans les deux rôles principaux on retrouve donc les stars testostéronés Dwayne Johnson et Jason Statham après leurs confrontations dans "Fast and Furious 6, 7 et 8" (2013-2015-2017).

Outre un petit caméo de Helen Mirren alias Mrs Shaw vue dans "Fast and Furious 8" on fait la connaissance de nouvelle têtes dont la jolie Vanessa Kirby remarquée dans "Mission Impossible - Fallout" (2018) de Christopher McQuarrie et future star dont on parle pour incarner la prochaine Catwoman, mais aussi la tout aussi jolie Eiza Gonzales vue dans "Alita : Battle Angel" (2019) de Robert Rodriguez, puis Eddie Marsan qui retrouve David Leitch après "Atomic Blonde" et "Deadpool 2", et enfin, le grand méchant incarné par Idris Elba surtout connu pour avoir incarné Heimdall dans la saga du MCU jusqu'au "Avengers : Infinity War" (2018) des frères Russo... Le début du film est particulièrement efficace avec un braquage spécial où nous sommes en présence de deux protagonistes encore inconnus, puis ensuite on a un face à face de présentation de nos héros à la façon "Amicalement Votre" qui se termine en un match de punchlines qui nous invite définitivement à l'aventure. Disons-le de suite, malgré nos appréhensions ces 15 premières sont réussies avec un partage action-humour prometteur. Mais le film s'inscrit vite dans le film calibré par les actualités prouvant surtout que les producteurs ne veulent froisser personne et si en plus on peut flatter certaines c'est aussi bien. Ainsi on cite le désormais culte "Games of Throne", et surtout on met en avant de jolies filles sans abuser de leur sex-appeal et/ou de leur plastique tout en montrant qu'elles peuvent être fortes ; merci #MeToo et consorts... Et pourtant, si Vanessa Kirby est magnifiquement présente on notera que Eiza Gonzales (dont le film "Alita.." n'était pas encore sorti sur les écrans lors du tournage) est complètement sous-exploitée. On notera deux caméos plutôt marrants tandis que le duo Johnson/Statham assure sur tous les plans dans un buddy movie qui sort un peu des clous puisque le duo ne fonctionne pas sur leur antagonisme mais justement sur leurs points communs (honneur, culte du corps...).

Le vrai soucis est le même que les derniers "Fast and Furious", à savoir qu'on dépasse trop souvent la ligne jaune du too much et du surréalisme. Plus rien de sexy (ni soleil, ni jolies filles, ni bolides...) les cylindrées ont disparu pour une mission qui lorgne plus sur les "Mission Impossible" et les "James Bond". Si quelques séquences en mettent plein la vue dans le bon sens du terme la plupart nous égratignent la rétine à cause d'effets spéciaux pas toujours parfaits, avec des Images de Synthèse trop voyants et/ou mal intégrés. Pour un blockbuster à 200 millions de dollars (soit le plus cher après les n°7 et 8) c'est inexcusable. Donc dans la veine des n°7 et 8 on nous gratifie de quelques scènes d'actions ridicules qui peuvent offrir un sourire nerveux comme la "caravane" accrochée à un hélicoptère. Rappelons que le duo Johnson/Statham sont également producteurs, ce qui explique sans doute le voyage dans la dernière partie du film. Ce voyage sent beaucoup trop le coup de pub et/ou la surprise facile mais est très mal exploité sur tous les plans (relations caricaturées et vite expédiées, personnages trop "gringalets", photographie sans mise en valeur,...). En conclusion ce nouveau film est très divertissant, surtout efficace dans sa première partie, le face à face Johnson/Statham tient ses promesses grâce à leur capital sympathie sans commune mesure avec le Vin Diesel monolithique et sa bande, ce duo est clairement devenu l'atout majeur de la franchise ! Et donc malgré ses maladresses et incohérences, désormais inhérentes à la franchise malheureusement, le film reste un bon moment à défaut de ramener la franchise au niveau des "Fast and Furious 5 et 6"...

 

Note :                     

11/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

alice in oliver 10/08/2019 11:03

je n'ai jamais apprécié cette franchise, donc ce sera sans moi. J'avoue avoir décroché depuis le 4e opus

Selenie 10/08/2019 23:09

Pourtant les meilleurs sont les 4, 5 et 6... Ca part en vrille depuis le 7...