Atomic Blonde (2017) de David Leitch

par Selenie  -  17 Août 2017, 06:55  -  #Critiques de films

Ce projet date déjà de 5 ans, date à laquelle la star Charlize Theron s'implique déjà fortement en tant que productrice sur cette adaptation d'un roman graphique, "The Coldest City" (2012) de Sam Hart et Antony Johnston, ce denrier s'impliquant également dans la production à l'instar du scénariste choisi qui est Kurt Johnstad dont les titres emblématiques s 'arrêtent à "300" (2007) de Zack Snyder et de sa suite "300 : la naissance d'un empire" (2014) de Noam Murro. Le projet est confié au duo de réalisateur Chad Stahelski et David Leitch après leur succès "John Wick" (2014) mais au final, Stahelski préfère s'atteler à la suite "John Wick 2" (2017) laissant le film "The Coldest City" dans les seules mains de David Leitch. C'est au denrier moment, peu de temps avant la sortie du film qu'il est décidé de modifier le titre pour "Atomic Blonde"... Débutons par préciser et insister sur la comparaison à outrance faite depuis la sortie en qualifiant ce film de "John Wick au féminin", certainement pas ! Le seul point commun est son réalisateur David Leitch mais le reste est bel et bien différent et c'est justement le point fort du film. "John Wick" est un action movie primaire au scénario basique et calibré alors que "Atomic Blonde" inscrit la petite histoire dans la Grande avec du fond et une intrigue beaucoup plus étoffé qu'une simple vengeance animalière. Quitte à choisir , penser plutôt "Jason Bourne".

Le titre "Atomic Blonde" colle parfaitement à sa star, dans tous les sens du terme mais aussi colle aux côtés rock'n roll de l'ensemble. Le cool fun et musical "Baby Driver" est pour les teen, voici un vrai bon film "adulte" sans pour autant délaisser le côté fun et offrant une BO encore plus dantesque de George Michael à David Bowie en passant par Marylin Manson et The Clash. Outre la musique on salue la reconstitution du Berlin 1989 magnifiquement mis en lumière par Jonathan Sela directeur photo déjà à l'oeuvre sur "John Wick" qui a choisi une teinte légèrement bleu-gris idéal pour nous replonger dans un Berlin au bord du gouffre. En effet, le mur tremble et le nid 'espions en 1989 ce n'est ni Casablanca ni Le Caire (je vous laisse chercher !). Pour le rôle titre, l'espionne blonde platine on trouve évidemment le caméléon le plus sexy du cinéma, Charlize Theron qui s'impose dès lors comme une reine de l'action movie après son carton "Mad Max Fury Road" (2012) de George Miller. A ses côtés un casting de choix avec l'excellent James McAvoy qui offre une performance mixé entre ses personnages des films "Wanted" (2008) de Timu Bekmambetov, et "Ordure !" (2014) de Jon S. Baird. On retrouve des acteurs expérimentés, Toby Jones et John Goodman dans des seconds rôles, le toujours bon Eddie Marsan dans un rôle secondaire mais central, on remarque le charismatique Roland Moller remarqué récemment en sergent dans le très bon "Les Oubliés" (2017) de Martin Zandvliet, on remarque également un petit jeune qui pousse, Bill Skarsgard, fils de Stellan et frère cadet de Alexander et surtout, surtout on a le plaisir de revoir la franco-algérienne Sofia Boutella qui est en train de se faire vraie place à Hollywood après ses performances dans "Kingsman : services secrets" (2015) de Matthew Vaughn, "Star Trek : sans limites" (2016) de Justin Lin et "La Momie" (2017) de Alex Kurtzman... D'ailleurs c'est un petit bémol en ce qui la concerne, mais elle n'y peut pas grand chose. En effet, vu le potentiel "action" de cette actrice il est dommage qu'elle soit si peu exploitée dans ce film, voir sous-employée malgré un rôle qui aurait pu permettre une présence plus primordiale, et surtout d'offrir une séquence action digne d'elle et du reste du film. Dommage car on est clairement dans le must du genre. Charlize Theron s'est entrainé spécialement pour ce rôle avec 8 coachs, un orthophoniste pour les différents accents, 5 heures par jour pendant 3 mois pour les combats (dont 2 dents cassées) et notamment plusieurs séances d'entrainement avec un certain Keanu Reeves qui s'entrainait lui pour "John Wick 2" ! James McAvoy n'est pas en reste allant même jusqu'à se casser un bras, accident qui a finalement servi au scénario... Pas étonnant, les scènes d'action importent beaucoup dans ce genre de film, d'autant plus quand le réalisateur est lui-même un spécialiste cascadeurs ayant officié par exemple sur la trilogie "Matrix" (1999-2001-2003) des Wachowski déjà avec Keanu Reeves. La boucle est bouclée...

Donc pas de John Wick au féminin ici, mais une espionne qui part en mission et se retrouve piégée dans une intrigue qui la dépasse dans un contexte particulièrement unique et historique puisque le récit se déroule la même semaine que la Chute du Mur de Berlin en novembre 1989. Berlin devient le centre des services secrets où un microfilm peut changer les relations diplomatiques et donc changer les évènements en cours. Services secrets américains, britanniques, français et soviétiques jouent donc au chat et à la souris, au double-jeu et faux semblants le tout assaisonnés aux Gun Fight. Charlize Theron est sexy et particulièrement impressionnante en Bad Ass Woman qui assure sans pour autant être trop "invincible", à la John Wick par ailleurs. En effet, l'espionne Lorraine Broughton en prend aussi pour son grade ! Les ennemis, même les sous-fifres sont particulièrement coriaces. Mais le vrais bonus restent le scénario qui instille un petit suspense plutôt bien foutu avec un doute subsistant même si on a trouvé le mystérieux agent double. Le récit évolue selon le debriefing et donc via les flash-backs de l'héroïne. Un bon choix finalement, ce qui évite une narration trop linéaire et donne un peu plus de poids au suspense. Et autrement, évidemment, l'excellent travail sur les scènes d'action. Charlize Theron en impose tout en en bavant fièrement. On regrette (comme étant dis plus haut) juste que Sofia Boutella n'ait pas pu donner plus. La mise en scène est vivante, offrant pas mal d'angles différents et de cadrages qui oscillent entre réalisme du caméra à l'épaule et le plan icônique qui marque la rétine. David Leitch signe là clairement l'un des meilleurs films d'action de l'année, si ce n'est le meilleur ! Efficace, dense, prenant, rock'n Fun tout en ayant un fond historique solide qui ajoute à la dramaturgie et à la symbolique. A voir !

 

Note :             

16/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :