Peninsula (2020) de Sang-Ho Yeon

par Selenie  -  22 Octobre 2020, 10:20  -  #Critiques de films

Après le succès bien mérité de l'excellent "Dernier Train à Busan" (2016), le réalisateur-scénariste coréen Sang-Ho Yeon a annoncé dès 2018 qu'il préparait une suite au film (après avoir signé un prequel d'animation avec "Seoul Station en 2016) sous le titre "Bando" (littéralement "Péninsule" en coréen), avant de préciser ensuite qu'il ne s'agirait pas d'une suite directe mais plutôt d'une second film ans un même univers en précisant qu'il s'inspire des films "Akira" (1988) de Katsuhiro Otomo, "Dragon Head" (2003) de Joji Iida, "Land of the Dead" (2005) de George A. Romero, "Mad Max : Fury Road" (2015) de George Miller" ; mine de rien, ces deux annonces ne sont sans doute pas sans conséquences sur le résultat final de ce second film...

Quatre ans après les événements à Busan, Jung-Seok est un soldat qui a réussi à s'échapper de Corée infestée par les zombies. Mais il est envoyé en mission pour récupérer un trésor qui se trouve toujours en Corée. Sur place, il va découvrir qu'il reste des survivants... Cette suite (ou pas ?!) est composée d'un casting inédit, puisqu'aucun des personnages du premier ne fait un retour. Le réalisateur retrouve plusieurs acteurs issus de son film "Psychokinesis" (2019), ce sont Min-Jae Kim remarquée aussi dans "Poetry" (2010) de Chang-Dong Lee et "A Girl Next a Door" (2014) de July Jung, Do-Yoon Kim vu dans "The Strangers" (2016) de Hong-Jin Na et Yeon-Hee Hwang. Puis citons les rôles principaux tenus par Dong-Won Kang vu dans "Duelist" (2004) de Myung-Se Lee, "Woochi, le Magicen des Temps Modernes" (2009) de Gong-Hun Choi et "Illang, la Brigade des Loups" (2018) de Jee-Woon Kim, la belle Jung-Hyun Lee vue dans "Myeong-Ryang" (2014) de Han-Min Kim et "Battleship Island" (2018) de Seung-Wan Ryoo, puis Hae-Hyo Kwon qui a prêté sa voix pour le film d'animation "The Fake" (2013) de Sang-Ho Yeon, mais il est surtout un fidèle du réalisateur Sang-Soo Hong notamment avec "Grass" (2018) et "La Femme qui s'est Enfuie" (2020... Le film démarre avec un prologue, une partie pré-générique plutôt bien foutue et efficace plutôt prometteuse. Mais dès les minutes suivantes, post-génériques donc, on dérape fortement qui nous confirme que le film n'est pas une suite, mais une sorte de spin-off ayant le même univers de "Dernier Train pour Busan". Postulat de départ de l'intrigue complètement bateau d'abord, puis une entrée en Corée trop facile et donc trop invraisemblable. Mais le pire arrive quand les survivants apparaissent. A partir de là le film part en vrille au fur et à mesure et de pis en pis jusqu'à la fin !

Plus rien à voir avec le film précédent, le réalisateur pompe clairement trois excellents films, d'abord une caisse de saga "Mad Max" de George Miller, un carton de "New-York 1997" (1981) de John Carpenter, et une bonne dose de "28 Semaines plus Tard" (2007) de Juan Carlos Fresnadillo. En gros, l'atmosphère particulière et réaliste, le suspense, la tension du film précédent à laisser place à un action movie bête et méchant sans la moindre once de créativité. Outre le fait que le scénario reprend les trois films sus-nommés, on ne peut noter toutes les maladresses, les râtés visuels, les passages pas crédibles voir ridiculement risibles. Par exemple on reste ahuri devant une petite ado de 13-14 ans qui peut désormais postuler pour le podium des meilleurs pilotes du Septième Art (!), les décors sont patchwork de n'importe quel série B post-apocalyptique mais en images de synthèses franchement laides, que dire des longs plans pour bien insister sur l'instant stress et détresse émotionnelle du personnages, que dire des ralentis aussi stupides que superflus, on constate une incohérence sur les zombies qui semblent donc avoir mutés (?! ils réagissaient à la simple vue, plus maintenant ?!), et le pompom arrive avec ce final ahurissant de conneries avec son lot de cris, de pleurs à faire pleurer la ménagère, un sacrifice stupide et incompréhensible qu n'en est finalement pas un, des ralentis digne de nanarland... etc... Comment croire que les deux films ont le même réalisateur ?! Comment comprendre et justifier que le budget de ce film (16 millions de dollars) est deux fois supérieur à "Dernier Train pour Busan" ?! Incompréhensible tant ces deux films sont aux antipodes, quelle déception...

 

Note :                

 

06/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Dom 02/11/2020 16:18

Nous sommes d'accord, une bien triste suite. Après je garderai un souvenir particulier du film car c'est celui que j'ai vu lors de ma dernière sortie ciné, avec le Dupontel, avant la nouvelle fermeture des salles.
D'ailleurs, à l'issue du film, je me disais qu'on était à un stade où sortir, même pour voir un mauvais film, fait du bien à l'esprit !