Décès de Artus de Penguern

par Selenie  -  16 Mai 2013, 19:28  -  #Décès de star - Bio

Un de nos comédiens les plus atypiques vient de nous quitter. L'acteur-réalisateur Artus De Pernguern est décédé hier 15 mai 2013 à seulement 56 ans.

http://l3.yimg.com/bt/api/res/1.2/9U8l2zSeGVHZAymCCNfMBA--/YXBwaWQ9eW5ld3M7Y2g9NDMwO2NyPTE7Y3c9NjIwO2R4PTA7ZHk9MDtmaT11bGNyb3A7aD00MzA7cT04NTt3PTYyMA--/http://media.zenfs.com/fr_FR/News/Gala.fr/artus-de-penguern_reference.jpg

Né en 1957 à Neuilly-sur-Seine il commenca des études de gestion et d'économie à l'université Paris-Dauphine tandis qu'il cachait à ses parents qu'il était en fait inscrit au Cours Simon. Après avoir avouer son père l'aurait influencé sur le choix de devenir réalisateur, ça tombe bien il se voyait plus dans ce rôle que comme interprète et donc au Conservatoire Libre du cinéma français.

 

Il débute sur grand écran dans "Prends ton passe-montagne, on va à la plage" (1982) de Eddy Matalon. Il enchaine avec des petits rôles dans "Danton" (1982) de Andrej Wajda, "Police" (1985) de Maurice Pialat, "Frantic" (1988) de Roman Polanski, "Henry et June" (1990) de Philip Kaufman, "La cité de la peur" (1994) de Alain Berberian...

http://4.bp.blogspot.com/-X2t_nGGtFok/UXkoK8KxvnI/AAAAAAAAKWc/d5xv-cn-0mQ/s1600/LE+CRI+DU+HOMARD+-+Photo+film+1.jpg

Il multiplie les rôles dans des films très divers, du film d'auteur au divertissement grand public mais en parallèle il pense surtout à se placer derrière la caméra. Il ecrit et réalise son premier court-métrage, "Le homard" (1995 - ci-dessus) où on reconnait déjà son goût pour le burlesque et l'humour noir. Suivront d'autres courts avec "Un bel après-midi d'été" (1996) et surtout "La polyclinique de l'amour" (1998) qui annonce un futur long métrage...

 

Entre temps il continue les apparitions notamment pour la réalisatrice Martine Dugowson dans "Mina Tannenbaum" (1993) et "Portraits chinois" (1996). On le voit aussi dans "Une affaire de goût" (1999) de Bernard Rapp et dans "Le fabuleux destin de Amélie Poulain" (2001) de Jean-Pierre Jeunet.

http://fr.web.img5.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/00/02/30/82/69216457_ph2.jpg

C'est alors qu'il réalise enfin son premier long métrage, "Grégoire Moulin contre l'humanité" (2001 - ci-dessus), excellente comédie qui pioche dans "After Hours" (1985) de Martin Scorcese pour le dynamiter façon délire assaisonné humour noir. Tout le style de Artus de Pernguern se retrouve dans ce film.

http://cdn-premiere.ladmedia.fr/var/premiere/storage/images/photos/diaporama/saint-jacques-la-mecque__1/saint-jacques-la-mecque-2004__15/2139042-1-fre-FR/saint_jacques_la_mecque_2004_portrait_w858.jpg

Il alterne toujours autant les petits rôles, passant de comédies populaires comme "Saint-Jacques... La Mecque" (2005 - ci-dessus) de Coline Serreau et "Agathe Cléry" (2008) de Etienne Chatiliez à des films plus sérieux comme "L'homme qui rêvait d'un enfant" (2005 - ci-dessous) de Delphine Gleize.

 

Il apparait aussi dans quelques épisodes de séries TV et prête sa voix pour le film d'animation "U" (2005) de Serge Elissalde et bientôt dans "Astérix :  le domaine des Dieux 3D" (2014) de Alexandre Astier.

 

Son dernier film en tant qu'acteur-réalisateur est "La clinique de l'amour" (2012 - ci-dessous) dans lequel il réunit un casting de comiques haut en couleur. Ce film où il se moque de la série "Urgences" reprend la base de son court-métrage de 1998...

http://myscreens.fr/wp-content/uploads/2012/06/clinique-amour-2.jpg

Artus de Pernguern travaillait aussi comme chroniqueur sur France Inter.

 

Cet acteur-réalisateur aurait mérité une reconnaissance plus importante, ses deux longs métrages méritaient d'autant plus de succès.

 

Artus de Pernguern nous a quitté hier à l'âge de 56 ans victime d'un Accident cardio-vasculaire. Il est parti le jour même de l'ouverture du Festival de Cannes...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

2flicsamiami 17/05/2013 09:07

Triste nouvelle :( J'ai adoré son Grégoire Moulin.