Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Selenie

Clown (2014) de Jon Watts

21 Juillet 2017, 06:16am

Publié par Selenie

Si ce film ne sort qu'aujourd'hui en France alors qu'il est le premier long métrage du réalisateur Jon Watts, c'est que ce nom va vite grandir sur les affiches cinéma puisqu'il a été choisi pour rebooter (une énième fois !) l'homme-araignée et signe donc "Spider-Man : Homecoming" (2017 sorti récemment). Les distributeurs se sont donc dit, tiens on ressortirai bien son premier film maintenant qu'il est connu !... A l'origine, jeune cinéaste ambitieux, Jon Watts a en fait réalisé une fausse bande-annonce qui faisait croire à un nouveau film de Eli Roth (réalisateur des films d'horreur "Hostel" en 2005 et "The Green Inferno" en 2013 et acteur dans "Inglourious Basterds" en 2009 de Quentin Tarantino), une bande-annonce créée en espérant faire un buzz, bien lui en a pris car c'est justement Eli Roth qui le contacte après avoir vu ses images et qui lui propose de produire son long métrage ! Ce dernier en profite pour travailler avec des producteurs de renom comme les frères Weinstein, producteurs entre autres de "True Romance" (1993) de Tony Scott à "Les 8 Salopards" (2015) de Quentin Tarantino en passant par "Scream" (1996) de Wes Craven et "Gangs of New-York" (2002) de Martin Scorcese. Le scénariste Christopher D. Ford, qui venait de connaitre une jolie reconnaissance pour "Robot and Frank" (2012) de Jake Shreier, est embauché pour étoffer un scénario. Une collaboration riche puisque ce scénariste sera également partenaire de Jon Watts sur ses prochains films à savoir "Cop Car" (2015) et bien évidemment  "Spider-Man : Homecoming" ...

2014_watts_clown_3.jpg (300×400)

On pense évidemment très fortement à Stephen King et les adaptations de son roman dont le téléfilm culte "Ca" (1990) de Tommy Lee Wallace et bientôt à la version long métrage prévu pour septembre 2017 de Andès Muschietti ("Mama" en 2013) mais cette fois. Il ne fait aucun doute sur la filiation mais Jon Watts préfère se passer d'une réel suspense et rogner sur la tension et l'angoisse en insistant davantage sur le maquillage particulièrement hideux du Clown et sur la condition de "prisonnier" de son hôte. Les deux rôles principaux, le couple, sont joués par deux inconnus Laura Allen et Andy Powers, qu'on a déjà tous deux aperçu dans divers épisodes de diverses séries. Si Andy Powers joue le pauvre papa qui se retrouve prisonnier du costume c'est Eli Roth lui-même qui incarne le Clown quand la métamorphose se fait inéluctable. En prime on a également l'excellent Peter Stormare (révélé dans "Fargo" en 1996 des frères Coen et vu récemment dans "John Wick 2" de Chad Stahelski).

On suit donc un pauvre papa qui, pour sauver l'anniversaire de son fils, trouve un déguisement de clown avant de s'apercevoir qu'il lui est impossible de le retirer. Bientôt le costume semble prendre possession de son corps et de son âme... La très bonne idée reste la façon dont le costume évolue, avec en prime un maquillage franchement terrifiant et particulièrement réussi. On apprécie l'épouse dont le personnage ne tombe pas dans l'écueil habituel où, pendant un temps souvent trop long, il ne croit rien malgré l'évidence. Idem on apprécie que l'univers scolaire de l'enfant ne prenne pas plus d'importance. Le film reste très focalisé sur le papa clown et sur sa détresse psychologique. Par contre on aurait aimé un travail plus approfondi sur les effets frissons et, surtout, sur le suspense notamment sur la fin qui reste la plus grande déception. En effet avec un tel film on se met à imaginer une fin avec un happy end faussé et immoral, malheureusement Hollywood reste Hollywood et la fin reste d'une banalité affligeante, timoré et sans surprise.  Dommage... 

 

Note :            

12/20

Commenter cet article