Spider-Man Homecoming (2017) de Jon Watts

par Selenie  -  13 Juillet 2017, 07:43  -  #Critiques de films

Et c'est parti pour un troisième reboot de l'homme-araignée, officiellement pourrait-on dire après son apparition  dans "Captain America : Civil War" (2016) des Frères Russo. Donc après la trilogie "Spiderman" (2002-2004-2007) de Sam Raimi et le dyptique "The Amazing Spiderman (2012-2014) de Marc Webb l'homme-araignée devient plus jeune pour être un ado-araignée. Les deux films de Marc Webb n'ont à priori pas assez satisfait au niveau box-office et, surtout, Marvel/Columbia ont réussi à avoir un accord avec Sony (qui détient les droits malgré que ce soit un personnage Marvel, d'où des reboot à répétition), en gros Marvel/Columbia produit et Sony distribue. Rappelons que les films de Raimi et de Webb ne faisait pas parti du Marvel Comics Universe, cette fois-ci Spider-man incorpore les Avengers et est ainsi le 16ème film soit le 4ème film de la Phase 3... Nouveau reboot, nouvel univers et donc nouveau réalisateur aux commandes, le choix s'est porté sur Jon Watts qui a apparemment impressionné lesproducteurs avec ses deux films précédents le film d'horreur "Clown" (2014) et le thriller "Cop Car" (2015). A savoir jusqu'où ce réalisateur encore confidentiel a-t-il pu porter sa marque perso.

02.jpg (300×400)

Toujours est-il qu'il a co-écrit le scénario avec Christopher D. Ford avec qui il a travaillé ses précédents films, mais aussi avec toute une écurie dont les deux scénaristes de "Lego Batman" (2017) de Chris McKay et des réalisateurs-scénaristes de la comédie "Vive les Vacances" (2015). Une écurie où on devine chacun sa spécialité, opitmiser à fond chaque partie entre dramaturgie, action et humour. Il est évident que le fait de rajeunir Spiderman assure aux producteurs des projets à long terme et la possiblité d'explorer différentes facettes de Peter Parker. Ce dernier est incarné par Tom Holland (révélé dans "The Impossible" en 2012 de Juan Antonio Bayona, et récemment dans "The Lost City of Z" en 2017 de James Gray), qui assure vraiment. Peter Parker qui rajeunit donc sa tante aussi, interprétée par la magnifique Marisa Tomei. Les amies du héros sont donc des ados et les liens avec le Marvel Universe est assuré par le mentor Tony Stark/Iron Man qui en profite d'ailleurs pour renouer avec Gwyneth Paltrow/Pepper Pots. Le méchant, quant à lui est joué par Michael Keaton en Vautour, et par ce biais le lien est également fait avec "The Amazing..." puisqu'on aperçoit l'équipement du Vautour dans les labos d'Oscorp dans "The... : le destin d'un héros". Evidemment le risque de rajeunir autant Peter Parker est d'en faire un pur Teen Movie et de perdre les plus âgé. On frôle effectivement la mièvrerie et on a droit aux clichés éculés des ados au lycée, mais heureusement, dans le même temps il y a aussi un humour qui fonctionne, bien parsemé au fil du récit. Résultat, ce n'est pas mirifique et innovant mais ça reste fun qui donne un côté fontaine de Jouvence.

Spider-Man-Homecoming-Poster-2-600x888-1-600x395.jpg (600×395)

Pour le super méchant on apprécie l'ambiguité du personnage sur les raisons de ses actions mais à force l'homme-araignée est beaucoup trop connu, ajouté aux scénario calqués et recalqués les uns sur les autres fait que l'histoire est cousu de fil blanc et sans surprise réel sur les rebondissements. Mais la plus grande déception du film réside dans le costume flambant neuf. La bonne idée est d'en faire évoluer le système, et logiquement par le génie de Tony Stark mais encore faut-il ne pas aller trop loin et rester cohérent ! En effet le costume de Spiderman est juste inouï mais si la technologie et le génie de Stark peuvent créer un tel outil pourquoi Stark n'en profite pas pour faire mieux avec son Iron Man ?! En effet le costume de l'homme-araignée est si impressionnant à TOUS points de vue que celui de Iron Man fait presque obsolète ! Sur le fond on peut débattre et re-débattre sur le rajeunissement de Spidey et par la même, l'omission totale d'un "The Amazing... 3" (normalement Spiderman a un rôle central dans "...Civil War", est-ce que ce sera le cas dans les fils ?!) mais le fait que Peter Parker soit un ado ouvre des perspectives immenses, à savoir si l'évolution du gamin sera judicieusement amenée dans les suites... En tous cas rien d'exceptionnel, ni mauvais ni super bon ce film (dramaturgie reste soft, humour teen, action sans nouveauté mais efficace) est dans la lignée des autres "Spiderman", à ranger dans les "ça se regarde". Force est de constater que les "Spiderman" à répétition font qu'ils s'annulent les uns les autres, ça bafouille, ça se répète, ça tourne en rond, cette fois au moins il réintègre le monde des Avengers et du Marvel Universe...

 

Note :             

14/20