Paris (2008) de Cédric Klapisch

par Selenie  -  14 Août 2018, 08:38  -  #Critiques de films

Le réalisateur Cédric Klapisch a gagné ses galons avec des comédies intelligentes et souvent pleine d'acuité avec ses premiers films "Riens du Tout" (1992), "Le Péril Jeune" (1994), "Chacun cherche son Chat" (1996) ou encore "Un Air de Famille" (1996). La plupart de ses films ont Paris comme décor et sont souvent des films chorals. Il y revient d'autant plus qu'il a tourné ses derniers films hors frontières avec le succès "L'Auberge Espagnol" (2002) suivi du policier mésestimé "Ni Pour ni Contre bien au contraire" (2003), en enfin la suite "Les Poupées Russes" (2004). Le réalisateur veut alors revenir chez lui, dans un Paris actuel qu'il ne transformera pas en désert sableux comme dans "Peut-Être" (1999)... Klapisch explique ainsi : "On a très vite une connotation snob, prétentieuse, bourgeoise ou désagréable avec en plus le côté râleur qui n'est pas faux. Il y a un côté "jamais content" chez les parisiens. C'est aussi une spécificité française : le héros français à la Gabin ou à la Delon, ou même les personnages de Céline, Léo Malet ou de Tardi. Chez eux, le parisien tire la gueule, a du vague à l'âme, il n'est pas dupe et il est révolté... Il y a aussi quelque chose de beau et d'assez sain dans cette attitude. Paris c'est une ville de spleen. Il y a une mélancolie qui, bizarrement, est du côté de la vie, de la réaction et non de la résignation. Les grandes heures de paris c'est la Révolution de 1789, la Commune, la Libération, Mai 1968... Paris est connu pour ses moments de colères saines. J'ai aussi beaucoup entendu : "Paris n'est plus dans le coup" ou "Paris est une ville morte", et je trouve que ce n'est pas vrai. Après l'épisode des J.O. à Londres, il y a eu toute une série de signes qui tendait à montrer que paris n'était plus aussi branché ou plus aussi "capitale". En réaction, j'ai voulu parler de Paris aujourd'hui, dans une époque peut-être plus banale. J'avais même pensé donner le sous-titre "Portrait éphémère d'une ville éternelle"... Outre que ce dernier terme est usuellement attribué à Rome (Paris est ville Lumière) on verra que ce que dit Klapish est intéressant mais malheureusement pas spécialement bénéfique.

Résultat de recherche d'images pour "PARIS film Klapisch"

Pour ce film le réalisateur-scénariste réuni un casting plein de talents qui, pour la plupart, ont déjà tourné avec Klapisch. Menés par ses deux acteurs fétiches Zinedine Soualem (13 films en commun) et Romain Duris (7 films) on croise Gilles Lellouche, Karin Viard, Renée Le Calm, Fabrice Luchini, Albert Dupontel, François Cluzet, Mélanie Laurent, Julie Ferrier, Maurice Bénichou, Annelise Hesmes, Olivia Bonamy, Marco Prince... D'abord on note que le réalisateur ouvre son film avec une vue de Paris qui n'est ni glamour, ni carte postale, occultant les sublimes monuments de la ville pour un panoramique sur les toits grisonnants et fumants. Klapisch montre donc son Paris d'aujourd'hui... Ensuite les personnages offrent un panel du parisien qui n'évite pas les clichés mais évite toutefois l'omniprésence du bobo en plaçant le marché de Rungis en bonne place. Néanmoins on restera perplexe (?! le mot est faible) sur la partie où des tops models semblent chercher le frisson en s'offrant aux employés du marché en pleine nuit. Klapisch expose un melting-pot de caractères et de personnalités qui manquent cruellement de conviction, plombé par des messages plus ou moins philosophique démago-politoco-sociaux. Evidemment, la mort c'est triste, on ne peut passer à côté de la crise de la quarantaine, il faut s'aimer et se pardonner, le racisme est stupide... etc...

Résultat de recherche d'images pour "PARIS Klapish 2008"

Le cinéaste expose des idées et des propos téléphonés et convenus qui poussent à l'ennui.  On reste d'ailleurs tout aussi interloqué par la partie du camerounais (histoire véridique) qui ne s'intègre pas assez à la capitale et qui sent bon l'opportunisme démago. Et pourtant, les acteurs semblent y croire, et surtout entre leurs performances et quelques éclairs chez Klapisch le film offre quelques instants de grâce qui permettent au film de ne pas sombrer dans l'ineptie et la mièvrerie dégoulinante (de justesse !). Ainsi on sort du film avec quelques séquences précises en tête comme l'annonce fatale du mourant à sa soeur, la danse du prof d'histoire, l'osmose entre Dupontel et Binoche, l'incroyable tête à claque de boulangère... En conclusion Klapisch gâche une belle idée, d'abord parce qu'il s'attarde beaucoup trop sur des séquences peu intéressantes parce qu'il n'a rien trouvé de mieux pour insister sur "le spleen de Paris". Par ailleurs il est tout de même dommage de filmer Paris avec une photographie aussi terne alors qu'à priori Paris aurait dû être une personnage à part entière avec sa spécificité de ville lumière. "Paris " est donc un film maladroit et bancal, qui frôle le hors sujet, qui s'engonce dans trop de facilités avec aucune prise de risque que ce soir sur le fond ou sur la forme. Reste les acteurs et quelques passages ou sourire et émotion peuvent surgir comme par surprise.

 

Note :                 

10/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Mr Vladdy 16/08/2018 11:27

Je n'ai pas revu ce film depuis sa sortie en salles. J'en garde le souvenir d'un film qui se regarde mais qui me déçoit. Dans son Paris de carte postale, Klapisch fait du Klapisch sans grande originalité et sans rythme avec juste quelques acteurs qui sortent un peu du lot. C'est le souvenir que j'en ai mais pour être plus objectif, il faudrait que je le revois ;-)