Force of Nature (2021) de Michael Polish

par Selenie  -  21 Mai 2021, 09:24  -  #Critiques de films

Nouveau film de Michael Polish, devenu un cinéaste plutôt confidentiel depuis quelques années après avoir été particulièrement remarqué en duo avec son frère Mark avec leurs premiers films "les Frères Falls" (1999) et "Northfolk" (2003). Après un ciné indé auteuriste il semble malheureusement que le duo se soit laissé aller à des productions plus commerciales comme le démontre ce nouveau film. Preuve en est d'ailleurs que derrière ce nouveau projet on trouve Randall Emmett, producteur spécialiste des films d'action souvent assez primaire et sans autres formes d'ambition que faire simple et efficace (plus ou moins !) comme "16 Blocs" (2006) de Richard Donner, "La Loi et l'Ordre" (2008) de Jon Avnet, "2 Guns" (2013) de Baltazar Kormakur ou encore "22 Miles" (2018) de Peter Berg. Cette fois pourtant Michael Polish signe ce film sans son frère et porte à l'écran une histoire de Corie Miller qui signe là son premier scénario de long métrage après plusieurs courts métrages... Après une bavure, Cardillo est devenu un simple policier en uniforme. Alors qu'une tornade arrive il est chargé avec une jeune collègue de faire évacuer un immeuble où se trouve notamment un ancien policier à la retraite qui refuse catégoriquement de partir, et ce même avec l'insistance de sa propre fille infirmière. Soudain, la tornade devient secondaire quand des tueurs arrivent, tuent sans hésitation, et qui recherchent un trésor bien particulier...

Le policier est incarné par Emile Hirsch vu dans plusieurs excellents films comme "Into the Wild" (2007) de Sean Penn, "Killer Joe" (2012) de William Friedkin ou récemment "Once Upon a Time... in Hollywood" (2019) de Quentin Tarantino. Le flic à la retraite est incarné par la star Mel Gibson un habitué du genre vu récemment dans "Fatman" (2020) des frères Nelms et dans "Boss Level" (2021) de Joe Carnahan une autre production Randall Emmett, sa fille est interprétée par Kate Bosworth, qui a connu son heure de gloire au début des années 2000 surtout de "Blue Crush" (2002) de John Stockwell à "Chiens de Paille" (2011) de Rod Lurie mais qui est depuis plus discrète jouant surtout pour son époux, justement Michael Polish pour qui elle a  joué dans plusieurs films dont "Big Sur" (2013) ou encore "Amnesiac" (2015). La jeune policière partenaire est interprétée par la jolie inconnue Stephanie Cayo, actrice péruvienne surtout aperçue dans des telenovelas et quelques films comme "Yucatan" (2018) de Daniel Monzon ou "Bad Impulse" (2019) de Michel Danner. Enfin, le grand méchant est joué par David Zayas qui retrouve Mel Gibson après "16 Blocs", avec qui il partage aussi le fait d'avoir été le grand méchant dans une célèbre franchise de "gros bras" signée de Sylvester Stallone, Zayas dans "Expendables : Unité Spéciale" (2010) puis Gibson dans "Expendables 3" (2014)... Faire un mixe entre film catastrophe et polar/action n'est pas nouveau et ce n'est souvent pas une réussite. Le plus connu est sans doute "Pluie d'Enfer" (1998) de Mikael Salomon. Après un prologue convenu le film débute vraiment avec une intervention de police ridicule autour d'un chariot de courses dans un magasin. Le film débute mal. Mais si on jette un oeil sur le montant du budget, soit 23 millions de dollars, on ne peut que constater un manque de moyen qui est forcément dommageable pour le genre.

En effet, une tornade, l'effet catastrophe demande à minima des effets spéciaux ce dont le film est particulièrement dépourvu. La tornade est ainsi très secondaire, peu visible que ce soit directement ou par ses conséquences dévastatrices alors même qu'elle aurait dû être un paramètre essentiel du récit ne serait-ce que pour être une sorte de troisième personnage principal qui influe directement et indirectement sur toutes les actions des autres protagonistes. Mais finalement la tornade n'est qu'accessoire, quasiment tout le film se déroule dans un même immeuble plutôt exigu. Ensuite le film pêche sur deux autres points, le écueils habituels du action movie basique, et transformer les bonnes idées en clichés sans étoffer le potentiel. Ainsi on a droit à celui qui reçoit une balle mais qui court après des soins express, des tueurs de sang froid qui soudain s'emmerdent à faire lever les mains (ah oui pour laisser le temps aux "gentils" de s'en sortir !), ou le héros assez con pour tirer sur celui des deux tueurs qui n'est pas armé (?!)... Puis arrive le double twist (si on peut appeler ça comme ça) où on crée un semblant de fantastique avec un "monstre" placer gratuitement au sein de l'intrigue sans doute pour faire plaisir à une partie de la population "anti-système", un passé nazi tout de même bien éculé en 2021. En prime un Mel Gibson venu cachetonner pour son pote producteur. Les acteurs font le job, sans plus, car si on les apprécie on ressent comme une lassitude ou une fatalité, genre trop tard on a signé ! Résultat, un polar-catastrophe qui porte le terle plutôt bien malgré un potentiel séduisant, un joli casting mais encore fallait-il y croire, se donner les moyens et éviter les maladresses narratives bêtes. Vite vu vite oublié. 

 

Note :            

 

09/20
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :