The place beyond the pines (2013) de Derek Cianfrance

par Selenie  -  22 Mars 2013, 13:55  -  #Critiques de films

Après son premier long-métrage, le très beau "Blue Valentine" (2010) Derek Cianfrance retrouve son acteur Ryan Gosling... Mais cette fois-ci, n'en déplaise aux fans et pour faire mentir l'affiche, Ryan Gosling n'a ici qu'un second rôle... Le film raconte les destins de deux familles sur près de 20 ans, le scénario est lui bien découpé en trois segments. Tourné dans les lieux naturels de la région de Schenectady (mot d'origine iroquoise qui veut dire "l'endroit qui se trouve au-delà des pins") le film zizague sur le fil du rasoir entre le polar et le drame qui louche fortement sur James Gray sans en atteindre le niveau de perfection.

The Place Beyond the Pineshttp://fr.web.img1.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/95/48/86/20461544.jpg

La première partie se termine sur un twist qiu n'est pas si surprenant pour s'ouvrir sur un nouvel acte, presque un second film à part. La dernière partie arrive de façon plus classique et s'affirme comme un épilogue mélodramatique dont la fin gâche tout ; une fin faineante comme si rien ne s'était passé d'assez important pour des conséquences qui auraient dues être plus irrémédiables. Du désespoir et de la volonté pour le motard aux cheveux péroxydés (Ryan Gosling en rebelle glamour), on passe au flic dont le sentiment de culpabilité va servir ses ambitions voraces avant que la boucle soit bouclée dans la roue du destin... Sauf que le destin reste d'une clémence décevante, voir incompréhensible. Ryan Gosling et Bradley Cooper sont sublimes d'intensité, Eva Mendes superbes même vieillissante mais les jeunes Dane DeHaan et Emory Cohen (les enfants) ne sont pas vraiments des choix adéquates (physiquement) vis à vis de leurs "pères". Par contre un petit problème de maquillage, après une quinzaine d'années c'est rare de ne pas vieillir (le personnage de Bradley Cooper et l'ami mécano entre autres). Dommage que l'épilogue soit au final si convenu, offrant une rédemption facile qui ne colle pas avec le pessimisme ambiant du film. En tous cas Derek Cianfrance confirme un certain talent, et offre un film parfois assez fascinant, dense, qui ne manque pas de lyrisme.

 

Note :           

16/20

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Siloé 17/08/2013 11:06

C'est cruel mais j'aime bien l'idée d'avoir totalement écrasé dans leur nullité mentale et leur médiocrité physique, les deux fils, j'ai le sentiment que cela donnait encore plus de relief
charismatique aux deux pères, qui, chacun dans son domaine a un talent inné.

Les bizarreries du maquillage m'ont un peu choqué l’oeil, c'est dommage pour un aussi bon film.

robin 22/03/2013 21:25

un gros buzz qui a l'air d'être mérité !