L'Attaque du Métro 123 (2009) de Tony Scott

par Selenie  -  9 Mars 2021, 18:06  -  #Critiques de films

En pleine période de sa filmo où il tourne spécifiquement avec la star Denzel Washington, le réalisateur Tony Scott signe un énième film d'action avec ce projet qui est à la fois  une nouvelle adaptation du roman "The Talking of Pelham One Two Three" (1973) de John Godey qui fût adapté avec "Les Pirates du Métro" (1974) de Joseph Sargent dont plusieurs éléments sont repris par Tony Scott. Pour l'anecdote, précisons que ce premier film inspira Tarantino pour "Reservoir Dogs" (1992) notamment pour les noms basés sur les couleurs, Tarantino qui écrira ensuite "True Romance" (1993) pour Tony Scott. Cette nouvelle adaptation remakée est écrite par Brian Helgeland, réalisateur-scénariste auquel entre autre son film "Payback" (1999) et surtout plusieurs scénarios pour "L.A. Confidential" (1997) de Curtis Hanson, "Mystic River" (2003) de Clint Eastwood et retrouve Tony Scott après "Man on Fire" (2004) qui était aussi un remake. Le scénariste reprend un bonne partie du scénario de 74 signé de Peter Stone connu pour les films "Charade" (1963) et "Arabesque" (1966) tous deux de Stanley Donen...  Walter Garber est aiguilleur du métro à New-York, et il doit soudain gérer un incident qui s'avère être une attaque de terroristes ou de braqueurs qui imposent vite que Garber reste l'interlocuteur privilégié malgré qu'il ne soit pas un haut responsable. Mais très vite ces hommes montrent leur détermination en abattant un otage, tandis que le leader de ce groupuscule impose à Garber une relation qui pousse ce dernier à se dévoiler plus qu'il le souhaiterait tandis qu'en coulisse la police tente de gagner du temps...

L'aiguilleur est joué par la star Denzel Washington qui retrouve donc Tony Scott pour son 4ème des 5 films en commun, après "U.S.S. Alabama" (1995), "Man on Fire" (2004), "Déjà Vu" (2006) et avant l'ultime "Unstoppable" (2010). Il fait face à John Travolta qui revient au film d'action après les deux comédies "Bande de Sauvages" (2007) de Walt Becker et "Hairspray" (2007) de Adam Shankman ; précisons que l'acteur ne fera pas la promo du film suite au décès de son fils peu de temps avant la sortie du film. Le Maire du film est incarné par James Gandolfini tout juste sortit de sa série TV "Les Soprano" (1999-2007) qui retrouve Tony Scott après "Le Dernier Samaritain" (1991), "True Romance" et "U.S.S. Alabama" où il retrouvera également Denzel Washington avant "Le Témoin du Mal" (1998) de Gregory Hoblit, il retrouve aussi Travolta après "Coeurs Perdus" (2006) de Todd Robinson. Le négociateur est joué par John Turturro (dont la soeur Aida jouait dans "Les Soprano") qui retrouve Denzel Washington après "Mo'Better Blues" (1990) et "He Got Game" (1998) tous deux de Spike Lee, cinéaste qu'il retrouve en prêtant sa voix au terrifiant chien Harvey dans "Summer of Sam" (1999) après lequel donc il retrouve Michael Rispoli, celui-ci retrouve aussi Luis Guzman après "Snake Eyes" (1998) de Brian De Palma, Guzman retrouve Washington après "Bone Collector" (1999) de Phillip Noyce où jouait également John Benjamin Hickey qui retrouve Travolta après "Le Déshonneur d'Elizabeth Campbell" (1999) de Simon West. Pour finir citons l'épouse de l'aiguilleur vue auparavant dans "Les Chemins de la Dignité" (2000) de George Tillman Jr. et "Ray" (2004) de Taylor Hackford... On remarque que Scott s'est bien appuyé sur le film de 74 avec plusieurs clins d'oeil comme le héros Garber vêtu exactement à l'inverse du Garber version 74 qui était joué par Walter Matthau, comme Ryder/Travolta qui reprend également le nom de son alter ego alias Robert Shaw. Par contre le personnage du négociateur n'existait pas en 74, et pour ce rôle John Turturro a été inspiré et conseillé par le réel chef d'équipe de négociateurs du NYPD (Police de New-York). Mais le plus impressionnant reste toute la dimension technique vis à vis du métro.

Pour des raisons de sécurité toute l'équipe a dû effectuer un stage au NYC Transit (société du métro new-yorkais), tandis que le réalisateur a insisté pour tourner effectivement dans les sous-sols du métro ce qui fait que ce film est le plus long et le plus gros tournage jamais effectué dans le métro de New-York. Sur le fond, malheureusement malgré les intentions Tony Scott confirme qu'il est capable de tout, du meilleur comme du pire mais rarement dans le meilleur. Le réalisateur tombe dans l'autoparodie dans une sérieux qui flirte avec la fausse modestie. Un film prévisible de bout en bout, rien de neuf sous le chapeau du plus bourrin des frères Scott. Enième film où les acteurs n'ont pas spécialement l'air de s'amuser. Washington surjoue tranquillement l'homme "normal" face à un Travolta qui surjoue de son côté un dangereux psychopathe avec force cabotinage. Washington n'a-t-il pas encore compris que Tony Scoot ne fait pas plus d'un grand film par décennie ?! Tandis que Travolta débute depuis déjà 1-2 ans sa seconde période de déclin. Au scénario, on ne croit guère à cet aiguilleur qui assure et assume à l'insu de son plein gré d'être l'interlocuteur d'un terroriste, mais qui soudain se met à courir pour stopper le dangereux criminel (?!), alors pourquoi avoir si insister pour bien nous montrer que cet aiguilleur est très "normal", simple pion du système ?! L'autre défaut est ce système devenu au fil du temps un tic de mise en scène pour Tony Scott, avec floutage/montage épileptique qui parasite le récit toutes les 5mn ; une truc qui apparaît surtout comme un moyen de cacher le vide du scénario. En conclusion, un action movie superficiel qui repose trop sur de l'esbroufe, un frôle l'arnaque de genre. Néanmoins, si on veut se vider les neurons bêtement après une dure journée de travail, ça fera l'affaire. Note indulgente.

 

Note :            

 

09/20
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :