Aline (2021) de Valérie Lemercier

par Selenie  -  11 Novembre 2021, 13:38  -  #Critiques de films

6ème long métrage signé de Valérie Lemercier depuis "Quadrille" (1997) jusqu'à sa comédie décevante "Marie-Francine" (2017). Un projet inattendu puisqu'il s'agit d'un "vrai-faux biopic" sur Céline Dion (Tout savoir ICI !), et la réalisatrice-actrice avoue n'avoir jamais été fan de la star mondiale de la chanson, mais elle avoue aussi qu'elle avait été touchée par Céline Dion en 2016 juste après la mort de son époux et pygmalion René Angélil puis un jour : "J'ai dit à la radio le jour de la sortie de Marie-Francine que mon prochain sujet serait elle, sans le penser sérieusement. Le soir-même, Emmanuelle Duplay (la chef décoratrice du film) qui avait entendu l'émission, m'a dit qu'elle voulait absolument le faire. Je me souviens très précisément que c'est son enthousiasme qui m'a permis de passer à autre chose et d'envisager sérieusement de le faire." Valérie Lemercier s'est alors plongé à corps perdu dans la vie de la chanteuse, se documentant énormément avec deux choix décisifs : le fait de changer les noms des protagonistes : "Au début, je l'appelais Céline. Au bout d'une soixantaine de pages, Brigitte Buc, avec qui nous avions déjà écrit Palais Royal ! est arrivée sur le projet et m'a convaincue de changer les prénoms. Ca a tout débloqué. Grâce à Aline, on s'est autorisées à composer avec le réel, inventer des détails comme une bague de fiançailles dans une glace, les vieilles chaussures que lui prête sa mère lors de sa toute première audition qui expliquent les milliers de paires qu'elle a plus tard dans son dressing..." Puis  de centrer le récit sur l'histoire d'amour entre Céline et René, ou plutôt entre Aline et Guy-Claude : "On souhaite ç tous les artistes d'avoir un tel partenaire. On s'est moqué de leur couple, on a raillé leur différence d'âge, les FIV qu'ils ont dû faire pour avoir des enfants... On l'a vu comme celui qui la faisait travailler. Mais il avait de grandes visions et elle a beaucoup d'ambition aussi. Quelle artiste, et même quelle femme en général, est resté toute sa vie avec le même homme ?". Valérie Lemercier réalise, joue et écrit, et pour le scénario elle retrouve donc Brigitte Buc, surtout connue comme actrice mais également scénariste et notamment sur le film "Palais Royal !" (2005) de et avec Lemercier. Précisons que le film devait à l'origine sortir en novembre 2020, puis février 2021 avant d'enfin pouvoir sortir en salle en cette fin d'année...

Fin des années 60 naît Aline Dieu, 14ème enfant d'un couple croyant au sine d'une famille où la musique est primordiale. En grandissant, tout le monde découvre la voix en or de Aline jusqu'au jour où Guy-Claude, producteur, l'entand et décide d'en faire la plus grande chanteuse du monde... Le rôle-titre est donc logiquement incarné par Valérie Lemercier qui, outre ses dernières réalisations, a joué dans d'autres films pas plus inspirés avec "Neuilly sa Mère, sa Mère !" (2018) de Gabriel Julien-Laferrière et "Forte" (2020) de Katia Lewkowicz. La réalisatrice-actrice a fait le choix d'un casting à 90% québecois pour un soucis de "crédibilité". Ainsi le pygmalion est interprété par Sylain Marcel à priori surtout connu outre-Atlantique pour son personnage humoristique de pharmacien dans une série de pubs pour la marque Familiprix, mais également aperçu dans plusieurs films dont surtout ceux de Erick Canuel avec "La Loi du Cochon" (2001), "Nez Rouge" (2003), "Bon Cop, Bad Cop" (2006) et "Lac Mystère" (2013). Les parents de Aline sont joués par Roc LaFortune surtout connu pour les films de la franchise "Les Boys" (1997-2013) et pour la comédie "La Grande Séduction" (2003) de Jean-François Pouliot, puis Danielle Fichaud vue dans "L'Âge des Ténèbres" (2007) de Denys Arcond et "La Passion d'Augustine" (2016) de Léa Pool. Un frère est joué par Antoine Vézina qui retrouve comme partenaire Sonia Vachon après le film "Le Vrai du Faux" (2014) de Emile Gaudreault. Du Québec citons aussi Jennie-Anne Walker vue en France dans "Les Tuche 3" (2017) de Olivier Baroux après lequel elle retrouve son partenaire Stephan Wojtowicz, ce dernier retrouve également Valérie Lemercier et l'acteur Jean-Noël Brouté après el film "100% Cachemire" (2013). Puis enfin, citons Carole Weyers vue récemment dans un genre plus musclé avec les films "La Terre et le Sang" (2020) et "Sentinelle" (2021) tous deux de Julien Leclercq. Précisons que la chanteuse Aline est incarné par Valérie Lemercier, mais la doublure voix est assurée par Victoria Sio, révélation de la comédie musicale "Le Roi Soleil" (2005)... Premier point tendancieux, le fait que le biopic n'est pas assumé comme tel, mais comme l'expression très galvaudé "fiction librement inspirée de...". Valérie Lemercier avoue, annonce que le film est basé sur la vie et le destin de Céline Dion, confirme qu'elle a fait des recherches poussées... etc... Il est donc plutôt stupide de modifier les noms ! Et pour quels changement ?! Aline Dieu ?! Cela pourrait être risible si ce n'était pas inutile. Le film est officiellement un hommage mais sans accepter le statut, façon à l'insu de mon plein gré. Par là même, pourquoi parler de "crédibilité" sur un détail comme le casting 90% québecois si c'e n'est crédible sur des points plus essentiels ?! Dommage...

Ensuite, le soucis vient surtout de la crédibilité vis à vis des âges. Céline et René avaient 26 ans d'écart, le couple d'acteur a le même âge et si le maquillage, les effets spéciaux et le talent aide beaucoup il faut un certain temps pour accepter Valérie Lemercier comme une jeune Céline Dion. Le plus dur et le plus maladroit, voir strictement ridicule est d'avoir coller le visage de Lemercier (56 ans !) sur le corps d'une gamine de 12-13 ans et de faire passer cela pour une ado (?!) c'était quoi le but ?! La réalisatrice a précisé : "... c'est bizarrement plus vers Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain de Jean-Pierre Jeunet que je suis allée lorgner plutôt que vers d'autres biopics. Parce que je voyais ce film comme une fable." On acquiesce effectivement au côté fable qui fonctionne plutôt bien, mais surtout et essentiellement sur les relations familiales au début du film. On peut y déceler les libertés comme la demande en mariage qui sont imaginaires. Mais il aurait été très très malin de prendre une jeune actrice pour la débutante Aline plutôt que ces singeries pathétiques du début du film, ne serait-ce que pour un minimum de crédible. Ce choix effectivement très bizarre, l'autre gros bémol est le choix de la doublure voix ; non pas que la chanteuse Victoria Sio ne soit pas talentueuse mais elle n'a assurément pas la voix ni la texture de Céline Dion, et quitte à mettre en place des playbacks médiocres voir râtés autant utiliser la vraie voix de Céline Dion ! Bref, on a bien du mal à y croire... Et pourtant, on se dit quel gâchis car dans le même temps le film est parsemé de séquences assez magiques, parfois avec un joli humour, de la légèreté, et de l'émotion sans pathos avec en prime des seconds rôles québecois tous superbes dont la maman et Guy-Claude. Danielle Fichaud est énorme en maman protectrice et aimante, mais c'est bien Sylvain Marcel qui impressionne, un René plus vrai que nature, sans le surjeu de sa partenaire Valérie Lemercier, il vole même littéralement la vedette à sa star ! D'ailleurs les meilleurs passages sont ceux avec la maman ou son Guy-Claude. On passera sur les libertés prises avec la chronologie des chansons, on peut d'ailleurs légitimement s'interroger sur une B.O. très limitée, peu de chansons finalement, peu d'intérêt pour les coulisses, la création des chansons est tout bonnement occultée. En conclusion, un film non dénué de créativité, avec une certaine grâce parfois, un casting judicieux (ou presque) mais un film qui pêche par des idées saugrenues souvent parfois en occultant ce qui fait une carrière (les chansons ?!) et souvent en rapport avec Valérie Lemercier et son personnage. Dommage...

 

Note :            

 

09/20
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :