Présidents (2021) de Anne Fontaine

par Selenie  -  1 Juillet 2021, 14:49  -  #Critiques de films

Après un film dit sérieux avec "Police" (2020), la réalisatrice-scénariste Anne Fontaine revient avec une comédie que n'aurait assurément pas renier un cinéaste comme Bertrand Blier. Notons que la réalisatrice écrit le plus souvent ses scénarios, et qu'elle a pris l'habitude d'alterner entre comédie et drame. La réalisatrice voulait une comédie sur des personnages qu'on ne voit que rarement, elle précise "sur deux personnages qu'on ne rencontre pas souvent, puisque les anciens Présidents de la République sont assez rares ! Ce qui m'intéressait le plus, c'était l'idée de l'après, ce moment où l'on n'est plus au pouvoir...". Elle collabore une énième fois avec le producteur Philippe Carcassonne qui n'est autre que son mari à la ville. Ainsi, la cinéaste place au centre de son récit deux ex-Présidents, Nicolas Sarkozy et François Hollande dans une histoire fictive, une uchronie où elle réinvente un monde où les deux hommes deviendraient alliés !... Ancien Présidents de la République française, Nicolas Sarkozy a bien du mal à supporter sa retraite forcée quand enfin il peut espérer un retour. Pour cela il a l'idée de proposer à son ancien concurrent et également ex-Président, François Hollande, une association. Si Hollande est un peu réticent au début, appréciant à contrario sa retraire en Corrèze, il va se prendre au jeu tandis que les compagnes respectives vont ajouter leur grain de sel...

Sarkozy est incarné par Jean Dujardin qu'on n'avait pas vu depuis "Le Daim" (2019) de Quentin Dupieux et "J'Accuse" (2019) de Roman Polanski après lequel d'ailleurs il retrouve son acolyte Grégory Gadebois qui retrouve de son côté la réalisatrice après "Police", et il retrouve aussi après "Le Jeu" (2018) de Fred Cavayé Doria Tillier qui interprète Carla, actrice surtout remarquée dans "Monsieur et Madame Adelman" (2017) et "La Belle Epoque" (2019) tous deux de son ex-conjoint Nicolas Bedos. Pascale Arbillot quant à elle joue Valérie, elle retrouve aussi Anne Fontaine après "Gemma Bovery" (2014), après quoi on peut citer ses derniers films dans "Les Apparences" (2020) de Marc Fitoussi et "Mon Cousin" (2021) de Jan Kounen. À leurs côtés citons Pierre Lottin fiston dans la saga "Les Tuche" (2011-2021) de Olivier Baroux et vu récemment dans "Playlist" (2021) de Nine Antico, Roxane Bret jeune comédienne sur tout aperçue à la télévision après avoir été remarquée dans le film "16 ans ou Presque" (2013) de Tristan Séguéla, Denis Podalydès qui retrouve ses camarades après "J'Accuse" et actuellement en salles avec son frère dans "Les Deux Alfred" (2021) de Bruno Podalydès, puis n'oublions pas Jean-Chrétien Sibertin-Blanc, frère de Anne Fontaine qui apparaît dans plusieurs de ses films mais qu'on n'avait pas vu depuis "Les Adieux à la Reine" (2012) de Benoît Jacquot et "Vous n'avez encore Rien Vu" (2012) de Alain Resnais... Il faut bien l'avouer, Anne Fontaine a tout de même autant d'audace que de culot en racontant une histoire certe fictive mais en mettant en avant deux ex-présidents encore vivants dans une sorte d'uchronie, un monde parallèle au notre où Sarkozy et Holland seraient sensiblement différents de ceux qu'on connaît depuis plusieurs années maintenant. Ce genre de films est assez rare en France pour qu'on s'y attarde avec empressement. L'encart au début annonce la couleur, celui d'un humour sarcastique mais non cynique, l'envie de légèreté mais sans être mièvre, l'envie de rire tout en instillant 2-3 idées dans l'air du temps.

Evidemment, l'acteur Jean Dujardin dépasse de 16 cm son personnage "réel" et Grégory Gadebois accentue de façon "brutale" le côté colérique du président "Flamby" mais ce n'est pas grave car le film n'est en rien un biopic ou un film historique et, grande et belle surprise, les deux acteurs incarnent merveilleusement leurs homologues avec malice et juste et qu'il faut de caricature pour ne pas tomber dans le clownesque. Leur interprétation est légèrement moqueuse, mais comme le serait un ami envers un autre, sans méchanceté ni vice ou jugement factieux. Les personnages sont à l'image du contenu du récit, c'est là la grande force du film. En prime une alchimie géniale entre les deux acteurs qui s'amusent à tel point qu'on ne peut que savourer ce face à face bien servi par des dialogues inspirés, ciselés, qui mixent des parties de discours véridiques avec la succulence des mots de la réalisatrice-scénariste. On apprécie pourtant le "sérieux" de fond, les dialogues font rire avec le décalage de l'image qu'on peut avoir de ces deux personnages d'état, mais jamais on ne tombe dans le graveleux ou le potache ce qui est une très grande qualité ces derniers temps. Anne Fontaine prouve qu'on peut faire rire sans tomber de sa chaise, avec intelligence et subtilité. Par là même la cinéaste évite tout parti pris militant et évite tout manichéïsme politique ce qui est particulièrement judicieux. Par contre, il faut bien avouer que les moins de 25-30 ans seront sûrement un peu perdu tant les références restent nombreuses ; mon fils de 12 (qui suit les infos !) avoue qu'il aurait encore aimer davantage si il avait pu tout comprendre, et tout n'est pas aisé à replacer dans son contexte... Une comédie assez jouissive par le fantasme ainsi généré autour des deux hommes, mais avec quelques messages que la réalisatrice place mine de rien dont une réflexion sur le pouvoir et la place non négligeable des femmes à leurs côtés. En conclusion, Anne Fontaine signe ce qui est sans doute la meilleure comédie de l'année (jusqu'ici !), intelligente et drôle (on rit parfois et on sourit de bout en bout) avec en prime une "cohérence cocasse" plutôt inédite. À conseiller, à voir et à revoir !

 

Note :            

 

16/20

 

Pour info bonus, Note de mon fils de 12 ans :               

13/20
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

tadloiducine 04/07/2021 10:40

Vu hier. dans la salle, je ne crois pas qu'il y avait beaucoup de spectateurs de 25-30 ans! Et c'est vrai que les banderilles allusives avec lesquelles se piquent nos Présidents, il faut être capable de les décrypter. La salle riait bien. Au final, je dirais que c'est une comédie gentillette, que je mettrais bien dans la catégorie d'Antoinette dans les Cévennes (deux ânes, à un moment...). Une suite à attendre? Je rêve qu'il y ait davantage de spectateurs qu'il n'y a eu de votants LREM récemment...